12 raisons de regarder THE GRAND BUDAPEST HOTEL de Wes Anderson

Posté par michael le jeudi 22 décembre 2016 il y a 1 an

1. L’histoire

The Grand Budapest Hotel raconte les aventures de Gustave H, le concierge d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle, qui se retrouvent mêlés à une affaire de tableau de la Renaissance volé et aux luttes pour un important héritage familial.

2. Wes Anderson

The Grand Budapest Hotel est le huitième film de Wes Anderson, réalisateur texan au style inimitable après les teen-movies Rushmore et Moonrise Kingdom, les tragi-comédies familiales La Famille Tenenbaum, A Bord du Darjeeling Limited, La Vie Aquatique et même le film d’animation Fantastic Mr Fox. The Grand Budapest Hotel est souvent considéré comme son film le plus abouti, celui qui concentre l’ensemble de ses obsessions et celui qui magnifie le plus son style visuel.

3. Les références

Le co-scénariste du film, Hugo Guiness a révélé à Bookish que le personnage haut-en-couleur de Gustave H. est inspiré d’un de ses amis: “Il a beaucoup de style. Il s’est inventé son propre personnage. Il est très cultivé, amusant, connaît beaucoup de poésie par coeur.... C’est quelqu’un qui a étudié les manières et le savoir-faire de ses ancêtres et garde allumée la flamme de Oscar Wilde et de Proust. Quelqu’un dont l’art est dans la façon de vivre sa vie, quelqu’un qui connaît tout de Noel Coward, Somerset Maugham. C’est ce genre de personne.

Wes Anderson, lui, cite comme influence narrative et visuelle “les comédies d’avant la censure des années 30 ainsi que les histoires et les mémoires de l’auteur viennois Stefan Zweig”. Il a aussi pensé aux films Rendez-vous (1940) dont l’action se déroule à Budapest et au film musical Aimez-moi ce soir (1932) et aux livres “Eichmann in Jerusalem de Hannah Arendt et Suite Française de Irène Némirovsky.

4. Les décors

Les décors intérieurs du Grand Budapest Hotel n’ont pas été créés de toute pièce dans un studio mais filmés au Görlitzer Warenhaus, un ancien grand magasin historique d'un centre commercial construit en 1912 à la frontière de l'Allemagne, de la Pologne et de la République Tchèque. Cet établissement emprunte son architecture à l'équivalent de l'Art Nouveau en Allemagne et s'étend sur une superficie de 10.000 mètres carrés.

Quant à l’extérieur de l’hôtel, c’est une maquette de 3 mètres de hauteur dont la couleur rose est inspirée du Palace Hotel de Karlovy Vary en République Tchèque.

5. L’univers visuel

Outre leur style de mise en scène tout en symétrie, les films de Wes Anderson ne ressemblent à aucun autre visuellement. Des décors, mélange de vieux bâtiments et de maquettes, aux costumes vintage et colorés, en passant par tout un tas d’accessoires et autres petits détails, The Grand Budapest Hotel est un délice pour les yeux, un grand bain de nostalgie vintage et cartoonesque dans lequel on aimerait plonger.

6. Un hymne au cinéma et aux histoires

Ne faisant rien comme les autres, Wes Anderson a décidé de filmer The Grand Budapest Hotel sous trois formats de projections différents, afin de reproduire le style cinématographique des époques qu’il recréait : en 1.37 :1 (carré) pour l’histoire se déroulant dans les années 30, en format large anamorphosé (cinémascope) pour les séquences des années 60, et en 1.85:1 pour les scènes se déroulant en 1985.

7. Derrière la comédie, un message important

The Grand Budapest Hotel a beau être une comédie rocambolesque tournée à 100 à l’heure qui ne semble jamais s’arrêter, le film de Wes Anderson est aussi un beau message de tolérance et un hymne au métissage, des valeurs qu’il ne faudra pas oublier en cette période de montée des populismes nationalistes et xénophobes.

8. La scène de la poursuite à ski

Cette grande scène d’action du film a été film en stop-motion par les animateurs qui avaient déjà collaborés avec Wes Anderson sur Fantastic Mr. Fox en 2010.  Le producteur Jeremy Dawson a raconté à Yahoo : “Quand nous avons eu le scénario, cette scène était un grand trou noir. A un moment, Wes s’est dit qu’ils trouveraient peut-être un super endroit pour la tourner... mais qu’ils ne feraient sûrement jamais aussi bien que dans un James Bond.” Ils ont donc décidé de la tourner en stop-motion comme pour les extérieurs de l’hôtel : “Nous avons monté la caméra sur un petit skateboard et nous l’avons poussé à travers une série d’arbres. C’était juste des types faisant des tests dans un entrepôt et ça avait de la gueule.”

9. Ralph Fiennes

Si une rumeur a longtemps annoncé Johnny Depp dans le rôle de Gustave H., Wes Anderson l’a démenti, annonçant rapidement dans la foulée le casting de Ralph Fiennes que l’on avait alors peu l’habitude de voir dans des comédies. Révélé au grand public par son rôle de nazi sadique dans La Liste de Schindler puis par son rôle de grand brûlé dans Le Patient Anglais et celui de Voldemort dans la saga Harry Potter, l’acteur britannique est une vraie révélation dans ce rôle de concierge haut-en-couleur.

10. Le casting 5 étoiles

The Grand Budapest Hotel est une succession quasi-ininterrompue d’acteurs de prestige dans des rôles souvent loin de leur zone de confort. Au gré du film, on retrouve donc Adrien Brody, Tilda Swinton (méconnaissable dans un rôle destiné auparavant à Angela Lansbury de 35 ans son aînée), Harvey Keitel, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Jude Law, Edward Norton, Tilda Swinton, Tom Wilkinson, Saoirse Ronan, Owen Wilson et même les deux frenchies Léa Seydoux et Mathieu Amalric.

11. Bill Murray

Et bien sûr, on retrouve Bill Murray pour la septième fois dans un film de Wes Anderson, après avoir joué un industriel extravagant dans Rushmore (1998), un mari trompé dans La Famille Tenenbaum (2001) et dans Moonrise Kingdom (2010), un océanographe à bonnet rouge dans La Vie aquatique (2003), un businessman qui court après un train dans A bord du Darjeeling Limited (2007), un blaireau dans Fantastic Mr. Fox (2010).

L’acteur raconte : “J’ai le sentiment que nous avons grandi ensemble. C’est toujours un gamin à mes yeux, mais il a acquis une sacrée expérience, il écrit et réalise des choses de plus en plus ambitieuses, et c’est de plus en plus amusant !"

12. Les critiques

“Ce "Grand Budapest Hotel" est baroque, drôle, régalant. C'est Stephan Zweig au pays des Pieds Nickelés.” - Le Nouvel Observateur

“C’est cette ampleur inédite, alliée à une puissance d’évocation qui n’a jamais semblé si souveraine (…), qui porte progressivement la déambulation burlesque de Gustave à la dimension d’une fable vampirique sur les derniers miroitements d’un monde au bord de l’évanouissement.” - Les Cahiers du Cinéma

“Le récit avance à toute vitesse, confirmant l'adresse du cinéaste pour les situations cartoonesques — avec, désormais, des effets spéciaux spec­taculaires — mais aussi un penchant troublant pour la chute incontrôlée, l'étourdissement, le vertige.” - Télérama

“Sous les atours de récit d’aventures endiablées entre Tintin et Indiana Jones, la réflexion complexe d’un grand styliste sur son art.” - Les Inrockuptibles

“La manière dont les personnages s’associent, se toisent, échangent propos cinglants et mots de réconfort, se font la courte échelle et s’offrent des pâtisseries, la fragile chorégraphie de leurs mésaventures vaut toutes les leçons de morale.” - Libération

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés