13 histoires incroyables sur RENCONTRES DU TROISIEME TYPE de Steven Spielberg

Posté par michael le jeudi 29 décembre 2016 il y a 5 mois

Rencontres Du Troisième Type raconte l’histoire de Roy Neary, un réparateur de câbles, témoin d’étranges phénomènes. Devant le silence général imposé par les autorités fédérales, Roy devient obsédé par ses phénomènes.

Voici dix histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur le film culte de Steven Spielberg.

1. A l’origine, le film devait raconter une histoire très différente

Le traitement de Steven Spielberg pour Rencontres du 3e Type s’intitulait, à l’origine, “Watch The Skies”. C’était un thriller paranoïaque dans la grande tradition du cinéma hollywoodien post-Watergate dans lequel un militaire travaillant pour le Projet Blue Book, le projet d’étude des OVNI de l’Air Force dans les années 50 et 60, devenait lanceur d’alerte pour dénoncer le gouvernement au courant de la présence d’extra-terrestres.

Il y eut de nombreuses tentatives pour aboutir à un scénario correct - même Paul Schrader, le scénariste de Taxi Driver travailla dessus - mais toutes furent rejetées par le studio.

image

2. Le titre “Rencontres du 3e Type” est basé sur une vraie et très sérieuse classification d’OVNI

Steven Spielberg se basa en effet sur les travaux du Dr J. Allen Hyneck, un scientifique qui travaillait pour le Projet Blue Book et qui publia une très sérieuse étude démontrant que 11% des Objets Volants Non Identifiés ne pouvaient pas s’expliquer par la science. C’est dans cette étude qu’il classifia les trois types de rencontres extra-terrestres : la rencontre du 1er type ou la vue d’un OVNI, la rencontre du 2e type ou la preuve scientifique de l’existence d’extra-terrestres et la rencontre du 3e type ou le contact avec une forme de vie extra-terrestre.

Hyneck servit de consultant sur le film de Spielberg et apparaît brièvement dans le film à la fin.

image

3. Steve McQueen a refusé le rôle de Roy Neary car il ne savait pas pleurer sur demande

Les autres grandes stars masculines des années 70 ont également refusé le rôle, à l’image de Dustin Hoffman, Al Pacino, Jack Nicholson, Gene Hackman et James Caan.

image

4. Les plus grandes stars françaises ont refusé le rôle du scientifique Claude Lacombe

Pour incarner le personnage basé sur le spécialiste des OVNIS, Jacques Vallée, Spielberg demanda à Lino Ventura, Jean-Louis Trintignant et Yves Montand qui refusèrent tous. Il finit par demander au réalisateur François Truffaut qui jouait alors pour la première fois devant la caméra d’un autre (il avait déjà joué dans ses propres films L’Enfant Sauvage ou La Nuit Américaine).

image

5. Rencontres du 3e Type aurait pu être le tout premier film de Meryl Streep

Alors étudiante à Yale, Streep auditionna pour le rôle de la femme de Roy, Ronnie. Mais Spielberg finira par choisir la plus expérimentée Teri Garr. Ironiquement, l’actrice, malgré un CV qui incluait déjà quelques chefs d’oeuvre comme Conversations Secrètes de Francis Ford Coppola ou Frankenstein Junior de Mel Brooks, a été choisie par Spielberg grâce à un rôle qu’elle tenait dans une publicité pour du café.

image

6. La production du film fit une plus-value en achetant et en revendant la maison qui sert de décors à la maison de Roy

La maison de Roy, située au 1613 Carlisle Drive East à Mobile en Alabama, a été achetée par la production pour 35 000 dollars afin de pouvoir aménagé la maison librement et sans contraintes. A la fin du tournage, la maison fut revendue pour 50 000 dollars, réalisant ainsi une plus-value de 15 000 réinvestie dans le budget du film.

image

7. Il a fallu l’intervention d’un mathématicien pour composer les 5 notes servant à accueillir les extra-terrestres

A l’origine, John Williams, le compositeur de la musique du film, voulait une mélodie de 7 notes mais Spielberg trouvait ça trop long. Williams demanda alors l’aide d’un mathématicien pour calculer le nombre de combinaisons possibles de 5 notes sur une échelle de 12. Il aboutit au nombre de 134 000 que Williams réduit à 100 pour finalement se mettre d’accord avec Spielberg sur l’une d’elle.

image

8. Il a fallu des trésors d’inventivité pour arriver à faire “jouer” le jeune Cary Guffey, alors âgé de seulement 3 ans

Pour le faire réagir dans la scène où il doit faire face aux aliens, Spielberg s’est placé devant lui en déballant un paquet cadeau avec un jouet dedans. Pour lui faire peur dans la scène où il entre dans la cuisine, Spielberg demanda à deux techniciens de se déguiser en clown et en gorille. Pour le faire sourire à la fin de la scène, le gorille enleva son masque laissant apparaître le visage de Bob Westmoreland, le maquilleur du film que Guffey connaissait bien.

image

9. Le film a failli avoir les premiers effets spéciaux numériques dans un film hollywoodien

Avec Jurassic Park en 1993, Steven Spielberg a été un des premiers à utiliser massivement les effets spéciaux créé par ordinateur. Mais en 1976, il avait déjà l’idée de créer les aliens et leurs vaisseaux avec des effets spéciaux numériques. Il demanda à Colin Cantwell, animateur sur 2001 Odyssée de l’espace et Star Wars, de faire un test sur trois ovnis flottant au-dessus d’un stade. Mais le résultat, un simple plan réalisé en 3 semaines, ne pouvait pas être décliné sur l’intégralité du film et l’idée fut abandonnée.

image

10. Pour incarner les extra-terrestres, Spielberg et son équipe ont pensé mettre des orang-outans en spandex gris sur des rollers

Spielberg ne voulait pas que les extra-terrestres ait une forme humaine. Devant la mauvaise réaction “évidente” de l’animal, Spielberg se résolut à prendre des jeunes filles de l’école primaire de Mobile en Alabama, où le film était tourné, pour incarner les aliens avec des costumes et des masques.

image

11. C’est les aliens de Rencontres du Troisième Type qui inspirèrent Spielberg pour E.T.

Pour créer l’extra-terrestre qui dit au revoir, Spielberg fit appel à Carlo Rambaldi qui s’était fait une petite renommée avec les effets spéciaux du cinéma d’horreur italien des années 70, comme La Baie Sanglante de Mario Bava ou Le Venin de la Peur de Lucio Fulci. Spielberg appela la marionnette créée par Rambaldi, Puck. Et c’est Puck qui inspira E.T. quand Spielberg se demanda, après Rencontres du 3e Type, ce qui arriverait s’il était oublié sur Terre.

C’est bien sûr Rambaldi qui créa quelques années plus tard le design du personnage de E.T.

image

12. Spielberg se fit une fortune en pariant avec George Lucas que Rencontres Du 3e Type ferait moins d’argent au box-office que Star Wars

Amis dans la vie, Spielberg et Lucas ont sorti tous les deux leurs films en 1977. Mais Lucas était persuadé que sa petite aventure spatiale ferait un flop contrairement à Rencontres Du 3e Type qui exploserait le box-office comme l’avait fait quelques années auparavant Les Dents de la Mer. Lucas proposa alors à Spielberg de verser à l’autre 2,5% des profits de leurs films respectifs.

Star Wars ayant rapporté près de 1,5 milliards de dollars au box-office américain (deuxième plus gros box-office, ajusté à l’inflation, de l’histoire du cinéma), Spielberg, dont le Rencontres Du Troisième Type n'a rapporté "que" 463 millions de dollars (ajusté à l’inflation), s’est fait 40 millions de dollars en pariant contre son propre film.

image

13. Spielberg n’aimait pas la première version du film

Le réalisateur voulait que son film sorte à l’été 1978 afin de lui laisser le temps de fignoler les effets spéciaux. Mais le studio Columbia, en mauvaise posture financière, insista pour le sortie à Noël 1977.

Trois ans plus tard, le studio autorisa Spielberg à terminer son film mais à une seule condition : qu’il tourne de nouvelles scènes dans lesquelles on voit l’intérieur du vaisseau spatial. Ces nouvelles scènes permettaient alors au studio d’avoir un angle marketing justifiant la ressortie. Spielberg s’exécuta mais, pas satisfait par ces nouvelles scènes, les enleva pour la sortie de la version “collector” en vidéo en 1998.

image

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés