13 histoires incroyables sur THE TRUMAN SHOW

Posté par michael le samedi 20 janvier 2018 il y a 4 mois

The Truman Show avec Jim Carrey est l’histoire d’un homme observé depuis sa naissance par des milliers de caméra, héros malgré lui d’une télé-réalité géante. Voici treize histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur le film culte qui révéla Jim Carrey comme un acteur dramatique de premier plan.

1. Le film s'appelait, à l'origine, The Malcom Show et était conçu comme un thriller paranoïaque.

C'est en mai 1991 que Andrew Niccol, alors jeune scénariste de 27 ans, présente à son manager de l'époque un scénario intitulé The Malcom Show. Le film est un thriller paranoïaque situé à New York dans lequel Niccol verrait bien Gary Oldman.

image

2. Le film est très inspiré (involontairement) d'un film et de deux épisodes de La Quatrième Dimension

A la sortie du film, plusieurs critiques ont noté les similitudes très fortes de The Truman Show avec un court-métrage de 1968 réalisé par Paul Bartel et intitulé The Secret Cinema. Dans le film, une secrétaire découvre qu'elle est filmée à son insu et que les films sont montrés dans des projections privées. Le film était montré en 1969 en avant-programme du premier film de Woody Allen, Prends L'oseille et Tais-Toi. Plus tard, en 1986, le film inspira un episode de la série d'anthologie Histoires Fantastiques.

Deux épisodes de La Quatrième Dimension : A World of Difference (1960) dans lequel un homme d'affaires découvre qu'il est sur un plateau de télévision dans un monde où il est une star de cinéma, et Special Service (1989) dans lequel un couple découvre que leur vie est filmée et qu'elle est un immense succès à la télé.

Andrew Nicoll a toujours affirmé n'avoir jamais vu ce film et ces épisodes de séries télé.

image

3. Six réalisateurs ont été envisagés pour réaliser le film.

A l’origine, Andrew Niccol devait lui-même réaliser le film mais les studios Paramount avait peur de confier un budget de 80 millions de dollars à un novice. Brian De Palma (Mission Impossible), Tim Burton, Terry Gilliam (L’Armée des 12 singes), Steven Spielberg, Barry Sonnenfeld (Men In Black) se sont vus alors proposer le projet, avant que Peter Weir (Witness, Le Cercle des Poètes Disparus) accepte.

image

4. Jim Carrey a accepté de revoir son salaire à la baisse pour avoir la possibilité de jouer Truman.

A parti de 1996, Jim Carrey a atteint une tel seuil de célébrité grâce à des films comme Dumb & Dumber ou Ace Ventura qu'il est désormais en position de demander 20 millions de dollars par film. Pour The Truman Show, il acceptera de ne toucher "que" 12 millions de dollars. Un "sacrifice" qui lui permettra de s'imposer dans le registre dramatique en remportant le Golden Globe du meilleur acteur. Plus tard, on le retrouvera dans ce domaine avec des films comme The Majestic, Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou Man On The Moon.

image

5. Le tournage du film dut patienter un an en attendant que Jim Carrey finisse de tourner Menteur Menteur.

Pendant ce temps, le scénariste Andrew Niccol retravailla le scénario avec Peter Weir. Au total, 14 versions du scénario ont été produites dans cet intervalle. Peter Weir écrivit également un traitement de dix pages retraçant l'histoire de la naissance du Truman Show, expliquant comment un jeune Christof, alors âgé de 29 ans, réussit à convaincre l'Omnicam Corporation de financer une émission intitulée Bringing Up Baby dans laquelle la première année d'un nouveau-né serait filmée.

image

6. Le tournage a eu lieu dans la petite ville de Seaside en Floride, une “ville nouvelle” construite au début des années 80 comme une sorte de “communauté idéale”.

image

7. The Truman Show prophétise l’arrivée de la télé-réalité sur les écrans du monde entier.

Un an tout juste après la sortie du film, la première émission d’enfermement, Big Brother, a fait ses débuts à la télévision hollandaise. Loft Story, en France, débutera deux ans après la sortie du film.

image

8. Philip Glass, un des musiciens les plus influents du 20e siècle, fait une courte apparition dans le film.

Sept morceaux du compositeur (qui a aussi beaucoup composés pour le cinéma, notamment pour Kundun de Martin Scorsese ou The Hours) sont utilisés dans le film. On peut le voir jouer du piano dans la scène où Truman dort.

image

9. Le film a donné son nom à une maladie psychiatrique “Le Truman Syndrome”.

Les personnes atteintes se croient les stars d’une télé-réalité qui n’existe pas. Vous pouvez lire cet article du New York Times (en anglais) sur le sujet.

image

10. Tous les noms de rue portent des noms d’acteurs (Lancaster Square, Barrymore Road…) et tous les habitants de Seahaven portent des prénoms de stars de cinéma (Meryl, Marlon, Lauren, Kirk…)

image

11. Le personnage de Christof devait être joué par Dennis Hopper, avant d'être remplacé par Ed Harris.

L'acteur/réalisateur aurait été viré (ou, selon les versions, serait parti pour "différents créatifs") deux semaines après le début du tournage.

Ed Harris rencontra alors le réalisateur Peter Weir un jeudi sur le tournage, retourna à New York pour un engagement professionnel de 4 jours, puis commença le tournage de The Truman Show le mardi suivant. Résultat : un Golden Globe du meilleur acteur de second rôle et une nomination à l'Oscar.

image

12. Le réalisateur Peter Weir pensa créer une véritable expérience méta avec les salles projetant The Truman Show.

Son idée était de demander aux projectionnistes d'arrêter le film en plein milieu et de le remplacer par l'image des caméras de surveillance du cinéma, afin de mettre les spectateurs dans la peau de Truman.

Peter Weir pensa également à jouer lui-même le rôle de Christof.

image

13. Un documentaire télé d'une demi-heure a été produit avec les rushes de The Truman Show.

Le documentaire qui utilise les rushes des interviews des acteurs à l'intérieur du Truman Show a été diffusé sur la chaîne Nick at Nite comme un programme normal. Le documentaire est visible ici.

image

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés