12 histoires incroyables sur LES DENTS DE LA MER de Steven Spielberg

Posté par michael le dimanche 22 octobre 2017 il y a 1 semaine

C’est le film qui a inventé le blockbuster estival moderne. Le succès phénomène du deuxième film de cinéma de Steven Spielberg, après Sugarland Express, a placé le réalisateur sur la stratosphère hollywoodienne. Voici dix histoires incroyables sur le combat d’un shérif (Roy Scheider), d’un océanographe (Richard Dreyfuss) et d’un vieux marin (Robert Shaw) contre le requin blanc qui décime les plages d’une station balnéaire de Nouvelle-Angleterre.

1. Les Dents de la mer est (plus ou moins) basé sur des faits réels

Peter Benchley, l’auteur du roman sur lequel est basé le film, était un journaliste du Washington avant d’écrire ce qui deviendra un best-seller. Il s’est ainsi fortement inspiré d’attaques de requins ayant eu lieu sur les côtes du New Jersey en 1916 et sur Franck Mundus, un pêcheur new-yorkais qui pêcha un requin blanc de 2000 kg au large de Montawk en 1964.

Pour l’anecdote, Peter Benchley apparaît dans le film dans le rôle du reporter.

image

2. Ce n’est pas volontaire qu’il n’y ait pas beaucoup de “dents” dans Les Dents de la mer

Le requin des Dents de la mer apparaît en effet au bout de 1h21 dans un film de 2h. Si cette technique de montée de la tension est aujourd’hui enseignée dans toutes les écoles de cinéma, ce n’était pas volontaire de la part de Steven Spielberg. En fait, le requin mécanique prévu par la production ne marchait jamais, empêchant le jeune réalisateur de l’utiliser. Il a donc fallu qu’il mette toute son imagination en route pour simuler le requin à l’écran sans le voir. C’est ainsi, par exemple, qu’est née la scène des barils jaunes. “Je n’avais pas le choix de trouver une autre façon de raconter l’histoire sans le requin. Alors, je suis revenu à Alfred Hitchcock: que ferait Hitchcock dans une situation comme ça?... C’est ce que nous ne voyons pas qui est vraiment terrifiant”, disait-il.

image

3. Le tournage des Dents de la mer a été chaotique

Avant Les Dents de la mer, les films n’étaient jamais tournés en pleine mer. De grands bassins étaient la pour la simuler. Mais Spielberg voulait du réalisme. Il en a payé le prix. Les marées, les vagues imprévisibles ont ainsi doublé la durée du tournage (et le budget du film), ce qui poussa de nombreux membres de l’équipe et des habitants de Martha’s Vineyard (qui laissaient des requins morts devant les bureaux de la production) au bord de la rebellion. A l’époque, beaucoup à Hollywood pensaient que c’était la fin de Spielberg dans le métier...

image

image

image

4. Les Dents de la mer a inventé le plan de la caméra qui flotte

Ce type de plan où la caméra filme à la fois la surface de l’eau et son fond est désormais une figure habituelle des films se déroulant en mer. Mais ils n’existaient pas avant Les Dents de la mer. Ils ont été rendu possible par Bill Butler qui inventa la “water box”, une boite de plexiglas pour garder la caméra au sec, à la demande de Spielberg qui voulait que le public ait non seulement l’impression de se baigner mais surtout de se noyer.

image

5. Le requin des Dents de la mer porte le nom de l’avocat de Steven Spielberg

Le requin “Bruce” tire son nom de Bruce Ramer, avocat de Steven Spielberg depuis ses débuts à Hollywood. Egalement conseiller de Demi Moore, Ben Stiller et Clint Eastwood, il est pourtant réputé être l’un des types les plus gentils d’Hollywood, l’inverse des “requins” qui inondent la Mecque du cinéma.

image

6. Steven Spielberg s’est parodié lui-même

La célèbre scène d’ouverture dans laquelle l’actrice Susan Blacklinie est tirée dans l’eau par le requin a été refaite quatre ans plus tard par Spielberg lui-même dans sa comédie 1941. Néanmoins, ce n’était, cette fois, pas un requin qui attaquait Blacklinie, reprenant son rôle de nageuse insouciante, mais un sous-marin japonais.

image

7. Richard Dreyfuss était loin d’être le premier choix de Steven Spielberg pour jouer l’océanographe Hooper

Spielberg avait d’abord pensé à Jon Voight, Timothy Bottoms et Jeff Bridges pour jouer Matt Hooper. Quand aucun ne put prendre le rôle, George Lucas conseilla à son ami Spielberg, Richard Dreyfuss avait qui il venait de tourner American Graffiti. Dreyfuss deviendra un de ses acteurs fétiches, tournant ensuite avec Spielberg dans Rencontres du troisième type et Always.

image

8.  Le personnage de Quint est basé sur une vraie personnalité

Universal a engagé Craig Kingsbury, une figure locale de Martha Vineyard, pour enseigner à Robert Shaw la façon si particulière des vieux loups de mer de parler. Le scénariste Carl Gottlieb se servit également des cassettes enregistrées par Kingsbury pour écrire son scénario et inclure la très colorée syntaxe du vieux pêcheur. Quant à Spielberg, il confia à Kinsgbury le rôle du pêcher Ben Gardner.

image

9. Gregory Peck a obligé Steven Spielberg à couper une scène des Dents de la mer

Dans le scénario, une scène devait montrer Quint s’énerver dans une salle de cinéma projetant le film Moby Dick avec Gregory Peck dans le rôle du Capitaine Ahab. Mais l’acteur de Vacances Romaines et Du Silence et des ombres possédait les droits du film et empêcha la production d’utiliser des extraits.

image

10. La réplique la plus célèbre du film a été improvisée

La réplique de Brody “Nous allons avoir besoin d’un plus gros bateau” a été inventée le jour du tournage par Roy Scheider. La scène dans laquelle le fils de Brody mime les gestes de son père à table n’était pas non plus dans le scénario. C’est Spielberg, en voyant le jeune acteur Jay Mello faire la même chose sur le tournage, qui lui demanda de le refaire devant la caméra.

image

11. SPOILER ! Le film devait se terminer comme Moby Dick

A l’origine, le scénario disait que Quint et Brody tuaient le requin au harpon comme dans Moby Dick. Mais Spielberg pensait qu’il fallait une fin plus jubilatoire pour le public. Il eut alors l’idée de faire exploser le requin. Pour l’anecdote, ce n’est pas lui qui tourna la scène, étant déjà retourné à Los Angeles pour commencer la post-production. C’est la seconde unité qui se chargea de cette scène.

image

12. Les Dents de la mer a révolutionné le marketing des films à Hollywood

Le film devait sortir à Noël, période propice aux grands films populaires. Mais le doublement du temps de tournage a contraint le studio Universal à sortir le film en été, une période qui était, à l’époque, considérée comme la poubelle des studios, la saison des nanars. Et à la surprise générale, les réactions aux projections tests ont été extatiques, poussant le studio à investir 700.000 dollars, une somme alors considérable, pour promouvoir le film avec de très coûteux spots de pubs télé, une pratique alors très rare à Hollywood compte tenu du coût. Le studio appliqua également le même genre de stratégie à la distribution en décidant de sortir le film sur plus de 400 écrans simultanément, alors que la pratique voulait alors qu’on sorte les films “en plateforme” pour créer du bouche à oreille (les grosses villes puis les villes moyennes etc.). Finalement, la stratégie s’avéra payante, Les Dents de la mer devenant le premier film à dépasser les 100 millions de dollars de recettes (le budget, même doublé par le tournage, était de 8 millions). Il a atteint les 260 millions devenant ainsi le plus gros succès de l’histoire du box-office américain (avant d’être battu deux ans plus tard par Star Wars). Les Dents de la mer a inventé le blockbuster moderne !

image

Sources Images : tumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés