11 histoires incroyables sur GERMINAL de Claude Berri

Posté par michael le dimanche 15 octobre 2017 il y a 1 mois

C'est une grande fresque sociale comme le cinéma français n'en fait plus. Récit adapté du roman fleuve d'Emile Zola sur la révolte des ouvriers miniers dans la France du Nord du XIXe siècle, Germinal de Claude Berri a fait couler beaucoup d'encres à l'époque de sa sortie, en 1993, année où la France entre en récession économique. Voici onze histoires incroyables que vous ne connaissiez pas sur ce film toujours brûlant d'actualité.

1. La première adaptation cinématographiques de Germinal ne durait que quinze minutes

Réalisé en 1903 par Ferdinand Zecca, La Grève est la toute première adaptation du roman fleuve d’Emile Zola. Il est onze fois plus court que le film de Claude Berri qui dure, lui, 2h40 (mais, compte tenu de l’ampleur du matériel d’origine, devait durer 3h40!). L’adaptation du roman par Yves Allégret en 1963 avec Jean Sorel durait 1h50.

2. Germinal était, à sa sortie, le film le plus cher de l’histoire du cinéma français

Avec ses 160 millions de francs de budget (33,6 millions d’euros en 2016), Germinal était en 1993 le film le plus cher de l’histoire du cinéma français. Il a rapidement battu en 1995 par Le Hussard sur le toit (176 millions de francs) puis en 1997 par Le Cinquième Elément (90 millions de dollars). Avec 226 millions de dollars, c’est aujourd’hui Valerian et la cité des milles planètes qui détient ce titre et Astérix aux Jeux Olympiques (113 millions de dollars) pour le film tourné en langue française.

3. Germinal est un hommage de Claude Berri à son père

Le réalisateur-producteur n’a eu de cesse de rendre hommage à son père dans son cinéma, mais Germinal est, à ce titre un peu particulier, comme il l’écrivait dans L’Express en 1993 : “J'ai tourné Le Cinéma de papa avec mon père. Je lui ai dédié Jean de Florette. Et Germinal a germé de lui. De son combat à la Lantier, de sa lucidité, de l'espoir levé en 1936. Artisan fourreur faubourg Saint-Denis, il votait communiste et luttait pour un monde meilleur. J'avais conscience des convictions qui l'animaient. Il a laissé en moi un héritage indélébile qui va bien au-delà des mots. Germinal incarne mon premier engagement politique.”

4. Germinal a bien failli ne jamais voir le jour

Claude Berri raconte : “Lorsque j'ai lu Germinal, j'ai pensé: ‘Quelle impudence de vouloir recracher à l'écran un morceau pareil!’ Puis j'ai griffonné un tiers du scénario et l'on m'a parlé d'un projet voisin. J'ai tout arrêté, soulagé.” Le film en question, Le Brasier d’Eric Barbier avec Jean-Marc Barr (tout auréolé du succès colossal du Grand Bleu) était alors le film le plus cher de l’histoire du cinéma français (le premier à dépasser les 100 millions de françs de budget) et racontait les luttes sociales dans le milieu minier des années 1930, notamment les tensions entre mineurs français et polonais. Mais le film avait été aussi un échec commercial énorme, récoltant seulement 364 000 entrées en France.

5. Germinal a été tourné sur les terres mêmes décrites par Emile Zola avec des acteurs et 8000 figurants issus de cette culture ouvrière et minière

Claude Berri raconte : “Chaque famille porte en elle un Germinal. Le grand-père de Renaud descendait dans la mine. Le père de Gérard Depardieu était ouvrier. La mère de Miou-Miou, fleuriste. Il y avait, sur ces terrils du Nord, une collusion de souvenirs dont nous n'avons jamais parlé. Et puis, ces 8 000 mineurs, fils et petits-fils de mineurs formaient un c (h) oeur. Ils ne se plaignaient pas, en tout cas pas au passé. Regardez ces visages, cette ardeur. Certains jours, on s'effaçait. Les figurants, c'étaient nous.”

6. Claude Berri voulait absolument Renaud pour le rôle de Etienne Lantier

Le chanteur, neveu d’un chef opérateur, n’avait jamais été acteur. Il a donc mis trois ans à se décider à jouer le rôle principal de Germinal. Il a raconté à Télérama en 1993 : “Ce qui m'a décidé, c'est surtout l'acharnement de Berri, sa passion, sa certitude : ‘T'auras même pas à jouer, chéri, t'auras qu'à être toi-même ! Lantier, c'est toi, un homme allergique à l'oppression, à l'injustice : un rebelle’. Comme le roman m'avait déjà fasciné, ébloui, je me suis laissé convaincre. (...) Il me disait toujours que jamais Coluche, Daniel Auteuil ou Michel Simon n'avaient été aussi émouvants que sous sa direction. J'avais tellement peur d'être épouvantable que j'ai été bien forcé de me reposer sur lui... En plus, il s'était investi dans ce projet depuis quatre ans, il en avait fait sa vie, il n'en dormait plus : ça forçait le respect.”

7. Renaud a gardé une grosse rancune à l’égard de Claude Berri après le tournage

Le chanteur a raconté à Télérama : “Nous avons tourné un film de 3h38, il n'en reste que 2h40, et, comme par hasard, toutes mes grandes scènes ont été coupées au montage ! J'ai l'impression qu'on ne comprend plus rien à mon personnage. Je me sens frustré. Sur 148 jours de tournage, j'en ai fait 120 ! C'était bien la peine. (...) Sur le plateau, je n'ai jamais pu faire ce que je voulais, ce que je sentais. Il ne m'a jamais fait confiance ! Pas une de mes répliques qu'il n'ait sur-dirigée : j'étais comme un pantin, je devais répéter chaque phrase exactement comme il la prononçait... Ce n'était plus un cinéaste ! C'était Saddam Hussein ! C'était Germinator ! (...) Il m'a tyrannisé. Il m'a humilié publiquement sur le plateau.”

8. Renaud a dénoncé une certaine hypocrisie du film

Il a raconté à Télérama : “On tournait le film français le plus cher. Claude Berri lui-même se comportait comme un vrai nabab d'Hollywood, au point que Depardieu l'appelait en rigolant « Papy Milliards ». Ça impressionnait. Tout le monde s'écrasait. (..) Je ne suis pas habitué aux us et coutumes du cinéma. Mais disons qu'il y a eu des dépenses somptuaires autour du tournage de Germinal qui m'ont plutôt outré... (...) Ca m'a miné le regard de certains mineurs que j'étais censé pousser à la révolte. C'était des figurants, aussi fauchés peut-être que les ouvriers de Germinal. Et moi, Renaud, couvert de fric, je jouais, à travers Lantier, le donneur de leçons, le marxiste... J'avais peur de croiser un œil moqueur. J'avais honte parfois.”

9. L’avant-première de Germinal à Lille a attiré le tout Paris

En plus de l’équipe et de 400 figurants du film étaient présents à cette titanesque avant-première des stars comme Isabelle Adjani, Daniel Auteuil ou Catherine Deneuve. Mais c’est surtout la présence (rare pour ce genre d’évènements) du Président de la République François Mitterand qui a fait les gros-titres.

10. Les lieux de tournage, voués à la destruction, ont été sauvés par le film

Mise en service en 1903, la Fosse Arenberg avait cessé l'extraction du charbon en 1989 et était voué à la destruction. Conservé grâce au tournage du film, il a été classé monument historique en 2010 et a rejoint le patrimoine mondial de l'Unesco en 2012. Le site accueille actuellement un centre de création cinématographique qui comprend, notamment, des studios inaugurés en 2015 par Costa-Gavras.

11. Germinal a donné naissance à une association d’aide à la création d’entreprise

Pour le montage financier du film, le Conseil Général du Nord-Pas-De-Calais avait accordé une subvention de 10 millions de francs non remboursable. Quand Germinal, avec ses 6 millions d’entrées, s’est révélé être un grand succès, Claude Berri a voulu rembourser. La Présidente de la région, Marie-Christine Blandin, lui a alors conseillé de plutôt créer une fondation pour aider les gens de la région en difficulté financière à créer une entreprise. L’association Germinal consistait alors à prêter de l’argent remboursable qu’en cas de réussite. Plusieurs années plus tard, pour renflouer les caisses, Berri organisa une projection à Valenciennes d’Asterix avec une salle pour les enfants et une autre pour les patrons de la région. Il raconte alors que “la salle était pleine, j'ai signé un chèque de 500 000 francs au delà de la subvention pour montrer l'exemple et, la gorge serrée, je les ai incités à venir en aide aux plus faibles. Un seul  d'entre eux a envoyé 5 000 francs. Ecoeuré, j'ai passé la main.”

Sources Images : tout le ciné

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés