10 raisons de regarder LES COMBATTANTS

Posté par michael le mercredi 13 juin 2018 il y a 1 semaine

1. L’histoire

Arnaud s’apprête à passer l’été à traîner avec ses potes et à construire des abris de jardin avec son frère. Jusqu’à sa rencontre avec Madeleine qui rêve de rentrer dans l’armée et se prépare à participer à un intensif stage de survie pour être capable, le jour venu, d’affronter l’apocalypse. Ils n’ont à priori rien à faire ensemble et pourtant...

image

2. Un premier film

Les Combattants est le premier film de Thomas Caillet qui avait précédemment réalisé un premier court-métrage, Paris-Shanghai, très remarqué. Les Combattants, réalisé à 33 ans, s’inscrit dans le prolongement : “Je sortais d'un court métrage, un "buddy movie" à deux personnages que tout opposait, l'un avec une quête existentielle assez abstraite et qui cherchait une vérité, et l'autre avec des problématiques très concrètes. Il y avait des échanges et un procédé de comédie que je trouvais intéressant, entre le trivial et l'existentiel.”

image

3. Adèle Haenel

“Adèle a été la première personne que nous avons casté pour le rôle de Madeleine et ce fut une évidence. Elle nous a immédiatement bluffé, par sa personnalité folle. Elle nous à surpris car on s’imaginait la Adèle Haenel “sérieuse” de L’Apollonide, des Diables, de Naissance des Pieuvres. Adèle, c’est une pile, qui évolue à 300 à l’heure, qui parle avec ce débit mitraillette. Sa force est d’arriver à transformer le dialogue en matière. Puis elle a dans ses yeux, ce mélange de rationnel et d’irrationnel. C’est cette énergie qu’il nous fallait pour Madeleine”, a raconté Thomas Caillet au Blog du Cinéma.

image

4. La révélation Kevin Azaïs

“Kevin était au départ, embauché pour le rôle de Xavier – un pote d’Arnaud. Nous voulions à la base, opposer à l’expérience d’Adèle, un acteur plus amateur, trouver par là, une forme d’équilibre. C’est pourquoi nous avons lancé des casting sauvages… Sans succès. Il y avait toujours quelque chose qui ne marchait pas. Kevin, lui, assistait aux casting, pour donner la réplique aux possibles interprètes d’Arnaud. Du coup, au bout d’un moment, on l’a observé, puis déduit que c’était lui notre Arnaud”, racontait Thomas Caillet au Blog du Cinéma. “Quand on le rencontre, il est très vif, très contemporain, alors que le personnage d'Arnaud est plus flottant, dans l'indécision. Mais à force de répéter avec lui pour tester d'autres jeunes, (...) j'ai découvert qu'il n'était pas seulement celui qu'il me montrait au début avec des qualités de douceur notamment”, rajoutait le réalisateur à Cineuropa.

image

5. Le renouveau de la comédie romantique, à la frontière des genres

“Il y a un principe de comédie romantique à la base avec la rencontre de deux personnages que tout oppose et qui s'attirent, mais si cela les emmène sur le terrain du film d'aventures, je trouve ça super de pouvoir embrasser les codes de ce genre, de pouvoir les dérégler à un autre endroit et de se dire que finalement ce sera un film d'anticipation, etc. Mais ce n'est pas quelque chose d'intellectualisé. (...) Par exemple, je ne trouve pas très intéressante une comédie romantique qui respecte tous les code du genre : c'est beaucoup plus intéressant de filmer une scène d'amour comme une scène d'action”, disait Thomas Caillet à Cineuropa.

image

6. Un humour décalé et hilarant

Thomas Caillet qui cite comme influences JuddApatow, le buddy movie, le burlesque à la Keaton. les films d’aventures de Spielberg, Pierre Salvadori et son film Les Apprentis ou Les Valseuses de Bertrand Blier a raconté au Blog du cinéma l’humour si particulier et efficace des Combattants : “On à fait le choix de miser sur le contre-temps, les transitions entre les scènes. Je cherchais une certaine musicalité dans le dialogue. Ce sont les réactions des personnages qui sont drôles, pas leur vannes. Nous voulions éviter le comique frontal : Un regard perplexe suite à une situation ou un dialogue étrange… On le faisait durer ! C’est très burlesque. C’était dur d’ailleurs, de ne pas lâcher ça. Au bout de trois ans de tournage, après avoir vu 20 000 fois la même moue, entendu la même blague, difficile de ne pas se se demander si c’est la bonne direction à prendre. Mais on a tenu. La plus grande satisfaction a été d’entendre ce rire franc aux premières projections.”

image

7. Les décors naturels

Ce sont ces paysages qui ont inspiré Les Combattants à Thomas Caillet comme il l’a raconté au Blog du Cinéma : “C’est d’une promenade dans les Landes de Gascogne que m’est venue l’idée du film. Un paysage magnifique, constitué de plaines, de routes droites, de forets, et de plages.  Mais de temps à autre, on croise un relief accidenté, une foret brulée. C’est la confrontation entre ces deux types de paysages qui m’a inspiré Madeleine et Arnaud. Lui, ça serait ces étendues plates et mornes, comme son univers, son parcours de vie. Tracé, rectiligne. Madeleine, à l’inverse, serait ce feu qui peut ravager subitement ce paysage, et par là, ramener une forme de beauté.”

image

8. Un beau portrait de génération

“On vit dans une période assez asphyxiante, assez anxiogène où l'on n'arrête pas de nous répéter qu'il faut se réaliser et être heureux, mais en même temps on doit culpabiliser des moments de plaisir. On nous rappelle aussi que les horizons sont bouchés, qu'il n'y a rien à part le chômage, que la retraite on ne l'aura pas. A contrario, l'armée offre une lecture très simple de l'avenir : "venez, on s'occupe de tout, il y a de l'emploi, une sécurité". Je trouvais que c'était une façon de faire un portrait instantané d'un morceau de génération et s'il y a un aspect un peu documentaire dans le film, c'est celui là”, disait Thomas Cailley à Cineuropa.

image

9. Un film multi-récompensé

Après avoir été la révélation de Cannes 2014 où il était présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en remportant le prix Fipresci des sections parallèles, le Label Europa Cinemas, le Prix SACD et le Art Cinema Award, Les Combattants a été couronné par trois César (sur neuf nominations dont meilleur film), celui de la meilleure actrice, celui de la révélation masculine et celui du meilleur premier film.

image

10. Les critiques

“Un dynamitage en règle de toutes les bienséances, sociales et cinématographiques. La comédie que le cinéma français attendait” - Les Inrockuptibles

“De la musique au rythme du moindre plan, tout a été pensé avec soin. Le film a l'élégance de dissimuler tout ce travail dans une fraîcheur revigorante. Sans oublier le charme fou des interprètes, Kévin Azaïs et la toujours juste Adèle Haenel dans un rôle à sa vraie mesure. Le meilleur premier long-métrage français vu depuis longtemps.” - Positif

“Une comédie romantique pur jus, mais avec une énergie sportive et excentrique.” - Le Monde

“Surprenant de bout en bout, irrésistiblement drôle, Les Combattants aborde les choses graves — la destruction de l'homme par l'homme, l'ultra-indivualisme contemporain — avec un humour tendre et acide.” - Télérama

image

Sources Images : tumblr, Nord-Ouest

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés