10 histoires incroyables sur JOE COCKER

Posté par michael le vendredi 4 août 2017 il y a 4 mois

1. Joe Cocker a fait la première partie des Rolling Stones alors qu'ils étaient inconnus

En 1963, alors que les Rolling Stones sont encore un groupe débutant qui vient de sortir son tout premier single, Joe Cocker, qui se fait alors appelé Vance Arnold, fait la première partie du concert de Sheffield du groupe de Mick Jagger et Keith Richards.

image

2. Joe Cocker doit son succès aux Beatles

Le premier titre que Joe Cocker enregistre est une reprise de “I’ll cry instead” des Beatles pour lequel il touche des royalties de seulement 50£. Mais le succès ne vient pas et il doit retourner installer des radiateurs dans sa ville natale de Sheffield. C’est en 1968 qu’il décroche le gros lot avec sa très personnelle reprise de “With a little help from my friends” des Beatles. Le disque atteint la première place des charts anglais avec la bénédiction des Beatles qui vont jusqu’à acheter de la publicité dans la presse pour féliciter le jeune chanteur. Cocker, lui, avouera plus tard qu’il a eu l’idée de l’arrangement dans les toilettes de la maison de ses parents.

image

3. Joe Cocker était très inspiré par les Beatles

Il a raconté : “Si un des Beatles vous invitait chez lui, c’était comme une audience avec la Reine. Je me rappelle que George m’a joué “Something” et Paul m’a donné la chanson “She came in through the bathroom window”. En fait, j’ai fait ma version de cette chanson avant la leur.”

4. Le premier guitariste de Joe Cocker est devenu célèbre

Quand Joe Cocker enregistre son premier titre “I’ll cry instead” puis “With a little help from my friends”, il a pu compter sur le soutien d’un jeune guitariste que l’on appelait alors “Little Jim”. Et “Little Jim” se fera quelques années plus tard connaître sous le nom de Jimmy Page, le légendaire guitariste de Led Zeppelin.

5. Joe Cocker est un véritable miraculé des années 70

Il a raconté : “si j’avais été plus fort mentalement, j’aurais pu me détourner de la tentation. Mais il n’y avait pas de désintox à cette époque. Les drogues étaient à portée de main et j’ai plongé la tête la première. Et quand vous rentrez dans ce cercle vicieux, c’est difficile d’en sortir. Ca m’a pris des années pour être sobre. Quand j’ai commencé à avoir du succès, j’étais un buveur de bière de Sheffield. Et on m’a jeté dans le monde du rock américain. Les premières années, ça allait. J’étais en tournée à travers les Etats-Unis avec Hendrix et Janis Joplin. Je ne savais pas de quoi les lendemains seraient faits. Et les choses ont commencé à se détériorer en 1972.”

Le chanteur atteint son point le plus bas en 1974 quand, pendant un concert à Los Angeles, le rideau se lève pour le révéler dans une veste pleine de vomie en position foetale sur scène, incapable de chanter.

image

6. Ses étranges mouvements sur scène n’avaient rien à voir avec la drogue

Il a dit au Guardian : “Je me suis vu avec Eric Clapton - vous savez maintenant vous pouvez revoir tous vos vieux trucs sur YouTube - et j’étais horrifié, avec mes bras gigotant dans tous les sens. J’imagine que ça venait de ma frustration de n’avoir jamais su joué du piano ou de la guitare. Si vous me voyez aujourd’hui, je ne suis plus si animé. C’était juste une façon de faire sortir l’émotion. J’étais excité et ça sortait de mon corps de cette façon.”

image

7. Joe Cocker est le chanteur de reprises ultime

Il le dit lui-même: il n’a jamais vraiment su comment écrire une chanson. C’est pourquoi, malgré l’énorme empreinte que ses versions ont laissé dans l’imaginaire collectif, la quasi-intégralité de ses tubes sont des reprises: de “With a little help from my friends” des Beatles à “The Letter” des Box Tops en passant par “You are so beautiful” de Billy Preston jusqu’à “Unchain My Heart” de Ray Charles ou “You Can Leave Your Hat On” de Randy Newman. En fait, son seul vrai tube qui ne soit pas une reprise est la chanson “Up where we belong” en duo avec Jennifer Warnes qu’il a enregistré pour la BO du film Officier & Gentleman. Cette chanson, qui lui a valu un Oscar, est son seul n°1 dans les charts américains.

image

8. Joe Cocker doit une partie de sa notoriété aux Etats-Unis à John Belushi

L’humoriste américain, légende de l’improvisation et star du Saturday Night Live et des Blues Brothers, s’était fait une spécialité de l’imitation du chanteur. Mais Cocker, plus intéressé à l’époque par se défoncer, ne regardait pas la télé et n’avait aucune idée du succès remporté par Belushi avec son imitation. C’est un membre de son entourage qui lui signala en l’invitant à faire un procès à l’humoriste. Mais Cocker trouvait l’imitation plutôt amusante et, avec une carrière en dent de scie, saisit l’occasion d’apparaître en octobre 1976 dans le Saturday Night Live. Fait rare, Cocker interpréta donc “Feelin Alright” au côté de Belushi habillé exactement pareil dans un segment qui relevait à la fois du live musical et du sketch. Cocker dira en 1978 dans Rolling Stone qu’il a cru que “John faisait du play-back” tant l’imitation était parfaite. Le segment fit tellement parler de lui que Paul McCartney invita plus tard Belushi à l’anniversaire des Beatles pour qu’il interprète “With a little help from my friends” à la façon de Joe Cocker.

  

  

9. Il a habité chez Jane Fonda

En 1978, Susanne Baker est la directrice d’une colonie de vacances située près de Santa Barbara en Californie et fondée par l’actrice Jane Fonda. Son but est alors de rassembler dans un même environnement des enfants défavorisés et d’autres plus favorisés, souvent enfants de célébrités (ceux de Willie Nelson, Jon Voight ou Margot Kidder y ont passé des vacances). Grande fan de Joe Cocker, Baker persuada Jane Fonda de prêter sa maison au chanteur, alors en pleine traversée du désert, luttant contre une lourde addiction à l’alcool. Baker et Cocker se marieront finalement quelques mois plus tard et déménageront ensemble dans un ranch du Colorado à la fermeture de la colonie de vacances.

10. Joe Cocker n’a aucun lien de parenté avec Jarvis Cocker, chanteur du groupe Pulp

C’est une rumeur qui a fait son temps. Mac Cocker, le père de Jarvis Cocker, le chanteur du groupe Pulp, également originaire de Sheffield, lança cette rumeur sur les ondes australiennes où il était devenu une petite personnalité après avoir abandonné sa famille en Angleterre. Mac Cocker s’est en effet toujours amusé à faire croire qu’il était le frère de Joe.

image

Sources Images : tumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblrtumblr,

Variétés Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés