10 raisons de regarder DU SILENCE ET DES OMBRES avec Gregory Peck

Posté par michael le lundi 26 juin 2017 il y a 1 an

1. L’histoire

Pendant la Grande Dépression, dans une petite ville d'Alabama, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d'office pour défendre un homme noir injustement accusé de viol...

2. D’après un chef d’oeuvre de la littérature américaine

Du Silence et des ombres est l’adaptation de “Ne Tirez pas sur l’oiseau moqueur” (”To Kill a Mockingbird") de Harper Lee, Prix Pulitzer en 1960. Le roman, le seul de son auteur en plus de 50 ans (elle a sorti la suite en 2015), est en grande partie inspiré de sa propre enfance dans une petite ville de l’Alabama (Monroeville, ici rebaptisé Maycomb). Lee avait le même âge que Scout pendant la Grande Dépression, avec un frère plus âgé de quatre ans comme Jem et était un garçon manqué comme Scout. Son père était également un avocat qui a dû défendre deux hommes noirs accusés de viol. Elle a même donné le nom de famille de sa mère (Finch) à la famille.

3. Le plus grand héros américain

L’American Film Institute a classé Atticus Finch à la première place de son classement des plus grands héros du cinéma. Pas étonnant que cet avocat, prêt à défendre les plus faibles, ait été si souvent nommé par Barack Obama dans ses discours. Dans son discours d’adieu, le Président américain a ainsi dit : “si notre démocratie doit fonctionner dans cette nation incroyablement diverse, chacun de nous doit essayer de suivre le conseil d’un des plus grands personnages de la fiction américaine, Atticus Finch: vous ne comprenez jamais jamais vraiment une personne avant de considérer les choses de son point de vue, avant de vous mettre dans sa peau et de vous promener avec.”

4. Le film préféré de Superman

C’est ce qui a été révélé dans le numéro 81 de Superman publié en 1993. Comme son auteur le raconte Dan Jurgens à Vulture : “Une des choses qui a toujours été plutôt claire avec Batman est qu’il venait de voir Zorro au cinéma avec ses parents. C’était un élément déclencheur de sa transformation en Batman. Je me suis donc demandé ce qui fonctionnerait de la même façon pour Superman? Qu’est-ce qui l’affecterait de la même façon? Pour moi, c’était Du Silence et des Ombres. Atticus Finch doit faire cavalier seul quand il défend quelqu’un. Avec Superman, on voit toujours quelqu’un de la Justice League mais il n’a jamais eu de partenaire. Il travaille toujours seul. Un héros seul contre vents et marées est une chose qui est au coeur même de son personnage.”

5. Gregory Peck

Les studios Universal voulait offrir le rôle d’Atticus Finch à Rock Hudson, alors la star des mélos de Douglas Sirk, Le Secret Magnifique et Tout ce que le ciel permet, ainsi que des comédies romantiques avec Doris Day, Un pyjama pour deux ou Confidences sur l’oreiller. Mais le producteur du film, Alan J. Pakula, voulait une star encore plus massive: Gregory Peck, alors le plus prestigieux acteur d’Hollywood avec des rôles principaux dans des films aussi divers que Le Mur Invisible, Les Canons de Navarone, Vacances Romaines, Les Nerfs à vif ou Moby Dick.

L’acteur a toujours considéré Atticus Finch dans Du Silence et des Ombres comme le plus grand rôle de sa très longue carrière. Il obtiendra d’ailleurs son premier et unique Oscar pour le rôle après avoir été nommé à quatre reprises auparavant. L’acteur Brock Peters, à l’enterrement de Peck, dira ainsi : “Atticus Finch lui donna une chance de se jouer lui-même.”

6. Un scénariste culte

Si les producteurs ont d’abord demandé à Harper Lee d’écrire l’adaptation cinématographique de son roman elle-même, l’écrivaine a gentiment décliné l’offre, préférant se focaliser sur un autre livre (qu’elle ne finira jamais) et ne voyant pas d’objection à laisser un autre s’emparer de son oeuvre. La tâche sera donc confier au dramaturge texan Horton Foote. Prix Pulitzer en 1995 pour sa pièce “The Young Man From Atlanta”, il a reçu par ailleurs deux Oscars pour ses scénarios, le premier pour celui de Du Silence et des Ombres et le second en 1983 pour Tendre Bonheur, l’histoire d’un chanteur de country alcoolique qui tente de reconstruire sa vie. On lui doit également les scénarios de l’adaptation de Des Souris et des hommes en 1992 et celui de Mémoires du Texas qui vaudra à l’actrice Geraldine Page un Oscar.

7. Les décors

Si les producteurs ont naturellement tenté de tourner Du silence et des ombres dans la ville natale de Harper Lee qui a inspiré Maycomb dans le roman, ils ont malheureusement dû se résoudre à abandonner l’idée tant la petite ville de Monroeville avait changé en trente ans. Maycomb a donc été recréé dans les studios Universal à partir de petites maisons de la banlieue de Los Angeles qui étaient sur le point d’être détruites. Pour 5000$, une broutille en comparaison de ce que ça aurait coûté en construction, les décorateurs ont ainsi déménagés ces petites maisons californiennes du début du siècle dans les studios pour récréer la rue principale de Maycomb.

Les décorateurs ont par ailleurs poussé le détails jusqu’à récréer au centimètre près le tribunal de Monroeville dans les studios Universal en se servant de vieilles photos et de mesures prises pendant les premiers repérages. Aujourd’hui, ce tribunal a été transformé en musée dédié au roman et au film.

8. La jeune Mary Badham

La jeune actrice qui incarne Scout est devenue, le soir des Oscars 1963, la plus jeune actrice à être nommée comme meilleure actrice dans un second rôle. Elle avait, ce soir-là, 10 ans et 141 jours. Elle a perdu, ce soir-là, face à la pas beaucoup plus vieille Patty Duke (16 ans) pour Miracle en Alabama. Mary Badham reste toutefois, encore aujourd’hui, la deuxième plus jeune actrice de second rôle à avoir été nommée, juste derrière Tatum O’Neal qui a remporté la statuette en 1974 pour La Barbe à Papa à 10 ans et... 106 jours !

9. Le tout premier rôle au cinéma de Robert Duvall

Du Silence et des ombres est le tout premier film de cinéma de Robert Duvall dans le rôle du très incompris Boo Radley. Le jeune acteur, qui deviendra une star plus grâce à ses rôles dans Le Parrain ou Apocalypse Now, avait été recommandé par le scénariste Horton Foote qui l’avait rencontré lors de la présentation Off-Broadway de sa pièce The Midnight Caller.

10. Un film adoubé par l’auteur

Si Harper Lee a préféré laisser Hollywood s’emparer de son roman, elle n’était toutefois pas convaincu tout de suite par le choix de Gregory Peck dans le rôle d’Atticus. Mais elle a rapidement changé d’avis, comme elle l’a elle-même raconté : “Le premier aperçu que j’ai eu de lui fut quand il est sorti de sa cabine d’essayage avec son costume d’Atticus. C’était la plus incroyable transformation que je n’avais jamais vue. Un homme mûr en est sorti. Il avait l’air plus grand, plus épais au milieu. Il n’avait pas un gramme de maquillage, juste un costume de 1933 avec une chemise et une veste et une montre et une chaîne. A la minute où je l’ai vu, j’ai su que tout irait pour le mieux parce qu’il était Atticus.”

Mary Badham a aussi raconté que lors du tournage d’une scène elle avait vu Harper Lee pleurer en regardant Peck. L’acteur serait alors allé vers Lee qui lui aurait dit : “Oh Gregory, vous avez une petite bedaine, tout comme mon papa.” Peck aurait alors répondu : “C’est juste être un bon acteur, ma chère.”

Harper Lee et Gregory Peck devinrent de très bons amis après le tournage, une amitié qui dura jusqu’à la mort de l’acteur en 2003. En 1999, la fille de Peck, Cecilia, nomma sa fille Harper en l’honneur de celle qui avait donné à son père le plus beau rôle de sa vie.

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés