10 raisons de regarder LOOPER

Posté par michael le lundi 15 mai 2017 il y a 1 mois

1. L’histoire

En 2074, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé où des tueurs d’un genre nouveau (les "Loopers") les éliminent. Mais un jour en 2044, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 30 ans de plus.

2. Rian Johnson

Révélé en 2005 par le teen movie culte Brick qu’il avait conçu comme un film noir (avec tous ses archétypes) dans un lycée et réalisé pour moins de 500.000 dollars, Rian Johnson est devenu un réalisateur chouchou d’Hollywood grâce à Looper. C’est en effet à lui qu’on devra le deuxième volet de la nouvelle trilogie Star Wars, Les derniers Jedi.

3. L’inspiration Philip K. Dick

Rian Johnson a raconté au Figaro qu’il avait eu l’idée de Looper “il y a une dizaine d'années. À l'époque, je lisais pas mal de romans de Philip K. Dick et je devais réaliser un court-métrage de fin d'études. Le script faisait trois pages. C'est drôle, mais quand j'y repense aujourd'hui, tout était contenu au cœur de cette ébauche. Tout, y compris le titre, qui était déjà Looper.”

4. Joseph Gordon-Levitt

C’est la troisième fois que Joseph Gordon-Levitt tourne sous la direction de Rian Johnson après Brick et une courte apparition dans Une Arnaque Presque Parfaite. En fait, c’est en grande partie grâce à son rôle d’adolescent enquêtant sur le meurtre de sa petite-amie dans Brick que Gordon-Levitt s’est imposé comme un acteur adulte et exigeant après avoir débuté enfant dans de nombreux films et séries.

5. Bruce Willis

Ce n’est pas la première fois que Bruce Willis que Bruce Willis est, à l’écran, confronté à lui-même en plus jeune. C’était déjà le cas dans L’Armée des Douze Singes et dans Sale Môme. Rian Johnson a ainsi raconté à Vodkaster pourquoi il avait choisi l’acteur : “Evidemment, je connaissais sa prestation dans L'Armée des 12 singes... Mais en fait, au delà de son talent d'acteur bien sûr, ce qui m'intéressait, ce n'était pas son expérience dans les films de voyage dans le temps, mais plutôt son expérience dans les films d'action. Le fait que quand Bruce Willis apparait à l'écran les gens se disent : ‘Ah voilà le type qui va régler son compte au méchant !’. Et dans le contexte du film, c'est très intéressant, parce qu'il est là pour ça, mais... les conséquences morales liées à la personne qu'il doit tuer se retournent un peu contre lui et c'est très intéressant.”

6. La transformation de Joseph Gordon-Levitt

Joseph Gordon-Levitt ne ressemblant pas énormément à Bruce Willis, il devait passer trois heures tous les matins aux mains des maquilleuses pour lui donner les traits de son aînés. “On savait bien que le personnage de Joe ne ressemblerait pas exactement à Bruce Willis jeune. On a donc simplement isolé quelques caractéristiques essentielles de sa physionomie”, raconte Rian Johnson. Mais le jeune acteur a également copié les mimiques et le son de la voix de Willis pour plus de réalisme.

7. La scène où Joe se parle à lui-même en plus jeune/vieux

Bruce Willis a raconté le tournage de cette scène surréaliste : “On était assis à une table et Joe était en face de moi, j'étais censé lui donner la réplique, mais tout à coup, je me suis surpris à le regarder et j'ai eu un sentiment étrange : c'est vraiment bizarre d'avoir quelqu'un en face de soi qui vous ressemble, mais en plus jeune. C'est un formidable acteur : j'adore sa manière de travailler et je suis emballé par son jeu dans ce film. Il a réussi à adopter mon phrasé et mon élocution, ce qui était à la fois étrange et vraiment judicieux.”

8. Aux frontières de la science-fiction

Comme il avait tordu le cou au film noir dans Brick, Rian Johnson s’attaque avec Looper à la science-fiction. Jouant avec un plaisir communicatif avec les codes du genre, il ne cache pas s’être inspiré de Terminator (pour la trame sur voyage dans le temps) et de Akira (pour la trame sur la télékinésie).

Il a raconté au Figaro : “Pour moi, ce film n'a jamais eu pour sujet principal le voyage dans le temps. En réalité, je me sers de cet artifice scénaristique temporel pour allumer la mèche de l'intrigue. L'appât de la science-fiction sert juste d'hameçon, comme dans Terminator. Ce qui m'intéresse, ce sont les réactions psychologiques des personnages, une fois confrontés aux conséquences de cette anomalie temporelle.”

9. Entre réalisme et futurisme

Rian Johnson a raconté : “Je voulais que l'intrigue se déroule à une époque suffisamment lointaine pour qu'on puisse prendre quelques libertés, mais pas non plus dans un futur si éloigné de nous qu'on n'ait plus aucun repère.” Le chef décorateur a rajouté qu’il “fallait qu'on comprenne que la situation de l'être humain s'est dégradée, que l'économie s'est effondrée et que les usines ne tournent plus. C'est pour cela que les voitures ont une trentaine d'années. Les gens extrêmement riches roulent dans des voitures neuves, mais la grande majorité de la population n'a que de vieilles voitures.”

10. Les critiques

“Un coup de maître époustouflant.” - Les Inrockuptibles

“Rian Johnson, qui a aussi écrit le scénario, atteint avec élégance cet équilibre entre fantaisie et profondeur qui caractérise quelques grands moments de la fiction populaire.” - Le Monde

“Un long métrage aussi original que passionnant, qui laisse bien augurer de la carrière future de Rian Johnson.” - L’écran Fantastique

“Looper refaçonne la science-fiction (...) grâce à la fraîcheur du regard d'un cinéaste avide de nouveauté, aussi audacieux que franc-tireur.” - Télérama

“Rian Johnson (...) réussit un thriller d'anticipation diablement efficace, porté par un suspense de tous les instants, un casting impeccable et des effets spéciaux à dose homéopathique.” - Le Parisien

“Un film absolument inattendu qui ne cesse de prendre de la hauteur jusqu'à un final vertigineux.” - Première

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés