10 raisons de regarder THE READER avec Kate Winslet

Posté par michael le dimanche 9 avril 2017 il y a 2 mois

1. L’histoire

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Michael Berg, alors adolescent, rencontre Hanna, de vingt ans son aîné. Alors qu’ils deviennent amants, elle aime qu’il lui fasse, chaque jour, la lecture de grands romans comme L’Odyssée, Huckleberry Finn ou La Dame au petit chien. Mais Hanna finit par disparaître mystérieusement. Huit ans plus tard, tandis qu’il assiste aux procès des crimes de guerre Nazi, il retrouve Hanna... sur le banc des accusés. Il va alors découvrir le lourd passé de celle qu’il a aimé.

2. Basé sur un best-seller mondial

Publié en 1995, le roman Le Liseur de Bernhard Schlink, un juge et professeur de droit reconverti dans le roman policier, est rapidement devenu un best-seller mondial. Qualifié de plus grand triomphe de la littérature allemande depuis Le Tambour de Günter Grass par Der Spiegel, le livre s’est vendu à 500 000 exemplaires en Allemagne et est devenu le premier roman allemand à se hisser au sommet de la liste des best-sellers du New York Time.

3. Le scénario de David Hare

David Hare, dramaturge britannique nommé aux Oscars pour son scénario de The Hours (également de Stephen Daldry), a profondément modifié la structure narrative du livre pour adapter Le Liseur, tout en y restant assez fidèle. Il utilise ainsi le flashbacks quand le roman était raconté linéairement. Le scénariste est également très malin dans sa façon de ne pas aller à la facilité pour retranscrire un livre écrit à la première personne, comme l’a raconté Stephen Daldry à Rotten Tomatoes : “Quelles options a-t-on pour raconter une histoire à la première personne? Il y a toujours l’arnaque de la voix-off et celle de l’homme qui écrit à la machine à écrire, mais ça nous semblait des choix banals.”

4. Stephen Daldry

Révélé en 2000 par Billy Elliot, Stephen Daldry a depuis enchaîné les films prestigieux et les nominations aux Oscars grâce à de très ambitieuses adaptations littéraires, comme The Hours, basé sur le roman de Michael Cunningham récompensé d’un Prix Pullitzer, qui a été nommé à 9 Oscars, ou avec Extrêmement Fort et Incroyablement près, basé sur le best-seller de Jonathan Safran Foer, qui a été nommé à 2 Oscars dont celui du meilleur film.

5. Une époque peu racontée au cinéma

The Reader n’est pas un film sur l’holocauste mais un film sur la façon dont la génération d’après doit vivre avec cette histoire, ceux que Bertol Brecht a appelé les “Nachgeborenen”, ceux qui sont nés après. Le film, comme le roman, s’inscrit ainsi dans le mouvement “Vergangenheitsbewältigung”, le combat pour surmonter le traumatisme du passé. Si le “genre” a donné de très nombreux romans et pièces de théâtre, il est assez peu présent au cinéma. On a néanmoins vu récemment le film allemand Le Labyrinthe du Silence sur l’amnésie collective allemande dans la décennie qui a suivi la guerre.

6. Un film “allemand”

“La seule façon de faire ce film était de le tourner en Allemagne, avec une équipe allemande”, raconte Stephen Daldry. Le tournage a donc eu lieu à Berlin, Gorlitz et Cologne. La chef décoratrice Brigitte Boch a ainsi raconté que “c'est tout simplement la première fois que j'ai le courage d'affronter tout cela, la première fois que je parviens à me dire OK, la peur et la culpabilité, ça suffit, il faut que je regarde ce problème en face” 

De même, si Michael est incarné à l’âge adulte par l’anglais Ralph Fiennes, c’est le jeune allemand David Kross qui l’incarne à l’adolescence. Le jeune acteur a ainsi dû travailler son anglais sept heures par jour avec un coach.

On retrouve par ailleurs dans The Reader de nombreuses stars du cinéma allemand comme Bruno Ganz (La Chute, Les Ailes du Désir...), Alexandra Maria Lara (La Chute, La Bande à Baaader...) ou Susanne Lothar (Funny Games).

7. Kate Winslet

L’actrice a obtenu l’Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Hanna. Et pourtant, le rôle a bien failli lui passer à côté. Si elle était le premier choix du réalisateur et de l’écrivain, l’actrice a d’abord dû refuser le rôle car elle était déjà engagée sur le film Revolutionary Road avec son mari (de l’époque) Sam Mendes et Leonardo DiCaprio. C’est donc Nicolas Kidman (qui avait obtenu un Oscar grâce à The Hours de Stephen Daldry) qui a alors été choisie pour la remplacer. Mais cette dernière tomba enceinte, retardant la production et laissant la porte ouverte à Winslet de reprendre le rôle qui lui avait été destiné au départ.

8. Le malaise

Le film humanisant une Nazie, The Reader peut créer un malaise assez profond. A sa sortie, le film a donc créé une vaste polémique, beaucoup jugeant indécent qu’on humanise à ce point une femme qui est, en partie, responsable de la mort de 300 juifs. A vous, donc, de vous faire votre propre opinion...

   

   

9. Des producteurs de prestige

A l’origine, quand le roman est publié au milieu des années 90, c’est Anthony Minghella, qui vient de recevoir 9 Oscars pour Le Patient Anglais, qui doit réaliser The Reader avec Sidney Pollack, le réalisateur de Out of Africa ou Tootsie, à la production. Finalement, les deux hommes se contenteront de produire le film. Coup du sort, ils décéderont tous les deux quelques mois avant la sortie, le premier à l’âge de 59 ans et le second à 73 ans.

10. Les critiques

“Daldry reste dans la lignée de David Lean ou d'Anthony Asquith, et donne à ses acteurs, dont Kate Winslet, l'espace nécessaire pour s'épanouir. C'est bouleversant et d'une grande beauté.” - TéléCinéObs

“Comment s'accomoder d'avoir aimé un monstre? Jamais manichéen, d'une sobriété infaillible, le film s'abstient de toute réponse” - Télérama

“Le cinéaste n'a rien perdu de son savoir-faire technique (...) Même s'il souffre de défauts (...) le film de Daldry transcende le roman en créant un malaise durable.” - Premiere

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés