10 raisons de regarder LES MOISSONS DU CIEL de Terrence Malick

Posté par michael le lundi 3 avril 2017 il y a 1 an

1. L’histoire

En 1916, Bill, ouvrier dans une fonderie, sa petite amie Abby et sa sœur Linda quittent Chicago pour faire les moissons au Texas. Voyant là l'opportunité de sortir de la misère, Bill (Richard Gere) pousse Abby (Brooke Adams) à céder aux avances d'un riche fermier (Sam Shepard), qu'ils savent atteint d'une maladie incurable...

2. Terrence Malick

Les Moissons du Ciel est le deuxième film de Terrence Malick après le bien reçu Badlands avec Sissi Spacek et Martin Sheen sorti cinq ans plus tôt. Un des réalisateurs les plus rares et perfectionnistes du cinéma contemporain, le Texan n’a réalisé que trois films en 25 ans. Depuis les années 2000, il est un peu moins rare. Son troisième film, le film de guerre La Ligne Rouge sera suivi par Le Nouveau Monde en 2005. Et ces dernières années, depuis sa Palme d’or pour The Tree of Life en 2011, il a enchaîné les films, souvent beaucoup moins bien reçus que ces cinq premiers (A La Merveille, Knigths of Cup, Song To Song, Voyage of Time, Radegund).

3. Le perfectionnisme

Terrence Malick s’est construit une réputation au fil des années de perfectionniste hardcore. C’est, après tout, le réalisateur qui n’hésita pas à couper complètement au montage les scènes de son acteur principal (Adrian Brody) pour les remplacer par celles de Jim Caviezel dans La Ligne Rouge.

Il ne fait pas exception avec Les Moissons du Ciel pour lequel il a exigé que la ferme du film, inspiré du tableau de Edward Hopper, The House By The Railroad, ne soit pas juste une façade de contre-plaqué (comme c’est habituellement la tradition au cinéma) mais que son extérieur comme son intérieur soient construits intégralement avec de véritables matériaux de construction. Les costumes aussi ont été créés à partir de vieux tissus et de vêtements d’époque pour éviter l’aspect artificiel des costumes de cinéma.

4. La beauté de la lumière naturelle

Malick insista pour que Les Moissons du Ciel soit filmé en lumière naturelle. Comme le directeur photo le raconta dans ses mémoires, Malick voulait “un film très visuel, un film dont l’histoire serait raconté par les images. Peu de gens veulent vraiment donner autant la priorité à l’image. Habituellement le réalisateur donne la priorité aux acteurs et à l’histoire mais là l’histoire était racontée par les images.”

L’espagnol Nestor Almendros, ne filmaient ainsi que lors de la fameuse “Heure dorée” dont Almendros a dit que c’était “une euphémisme car ce n’est pas une heure mais environ 25 minutes tout au plus. C’est le moment où le soleil se couche et après qu’il se soit couché juste avant la nuit. Le ciel est éclairé mais il n’y a pas vraiment de soleil. La lumière est très douce et il y a quelque chose de magique. Ca nous limitait à environ 20 minutes de tournage par jour. Mais ça a payé à l’écran. Ca a donné des images magiques, une beauté et du romantisme.”

5. Une prouesse technique

L’espagnol Nestor Almendros, que Terrence Malick avait repéré pour son travail sur L’Enfant Sauvage de François Truffaut, n’était pas autorisé à manipuler la caméra lui-même à cause des règles syndicales américaines. Il devait donc répéter les mouvements de caméra avec Malick en amont et confier le travail au caméraman.

Le chef opérateur était par ailleurs en train de perdre la vue au moment du tournage. Il devait donc se fier à des polaroïds pris par son assistant qu’il regardait à travers de très grosses lunettes pour s’assurer que la lumière était la bonne.

Il a reçu l’Oscar de la meilleure photo pour Les Moissons du Ciel.

6. Richard Gere

Terrence Malick avait en tête les stars Dustin Hoffman ou Al Pacino pour le rôle de Bill. Il se rabattra finalement sur le tout jeune Richard Gere, dont c’est le tout premier rôle. C’est d’ailleurs les rushes des Moissons du Ciel que Terrence Malick montra au réalisateur Richard Brooks qui réussirent à convaincre ce dernier pour A La Recherche de Mister Goodbar. Mais Malick mit tellement de temps à monter son film (2 ans) que ça laissa le temps à Brooks de tourner, monter et sortir le sien !

Au final, une grande partie des dialogues de Gere (et des autres acteurs) ont été supprimés du film par Malick qui opta pour une voix-off de Linda Manz.

7. Sam Shepard

Les Moissons du Ciel est le premier film en tant qu’acteur du dramaturge et scénariste Sam Shepard à qui l’on devait notamment le scénario de Zabriskie Point de Michelangelo Antonioni (et plus tard celui de Paris Texas). On le verra ensuite en tant qu’acteur dans L’Etoffe des Héros (pour lequel il sera nommé aux Oscars) ou Baby Boom.

8. La musique

Ennio Morricone a reçu sa toute première nomination aux Oscars pour sa musique des Moissons du Ciel. D’autres suivront pour Mission, Les Incorruptibles, Bugsy, Maléna et Les Huit Salopards (sa première victoire). Mais le film reste malgré tout éternellement associé à Aquarium, le septième mouvement du Carnival des Animaux de Camille Saint-Saëns.

9. Le film de la patience

Si Les Moissons du Ciel a valu à Terrence Malick le prix du meilleur réalisateur au Festival de Cannes, le film a été un échec financier. Pourtant, Charles Bludhorn, le patron de Gulf + Western, le conglomérat qui possédait les studios Paramount, aimait tellement le film qu’il offrit à Malick un million de dollars pour son prochain film sur lequel on lui promettait une liberté totale. Mais le réalisateur était si épuisé du tournage qu’il partit à Paris avec sa petite-amie, développa quelques mois un nouveau projet avant de disparaître de la circulation et ne faire son film suivant que... 20 ans plus tard ! Ce sera La Ligne Rouge. Autant dire qu’il ne fallait pas trop être fan du Texan dans les années 80 et 90.

10. Les critiques

“Malick filme avec génie les champs de blés, les ciels changeants, le travail collectif (...). Cette recherche d'une réalité qui dépasse l'homme (...) définit le style Malick : (...) lyrisme, rapport mélancolique à l'histoire de l'Amérique et à sa violence native, tiraillé entre le ciel et la terre, la Bible et le flingue, l'enfer et le paradis.” - Les Inrockuptibles

“Certains films permettent de ne pas trop galvauder le terme de chef-d'oeuvre, Les moissons du ciel est de ceux-là.” - Le Monde

“Une de ces oeuvres, à la fois amples et concises, qui semblent restituer le nuancier intégral des sentiments humains, tout dire sur tout, et avec peu de mots. (...) Un mélodrame des champs au goût d'apocalypse. Une mythologie incandescente de l'Ouest. Une allégorie du bonheur impossible” - Télérama

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés