11 raisons de regarder PLEIN SOLEIL avec Alain Delon

Posté par michael le lundi 27 mars 2017 il y a 1 an

1. L’histoire

Le jeune Tom Ripley (Alain Delon) est chargé par un milliardaire américain de ramener aux Etats-Unis son fils Philippe (Maurice Ronet) qui passe de trop longues vacances en Italie auprès de sa maîtresse Marge (Marie Laforêt). Mais Tom se laisse séduire par le charme cabotin de Philippe qui pourtant ne cesse de le mépriser.

2. D’après Patricia Highsmith

Plein Soleil est la deuxième adaptation au cinéma d’un roman de la maître américaine du thriller, Patrick Highsmith, après L’inconnu du Nord-Express réalisé par Alfred Hitchcock en 1951. Son oeuvre a été très régulièrement adaptée au cinéma. Récemment, on a ainsi pu voir Carol, l’histoire d’amour entre deux femmes incarnées par Rooney Mara et Cate Blanchett, ainsi que le triangle amoureux The Two Faces of January avec Oscar Isaac, Viggo Mortensen et Kristen Dunst.

3. Un personnage culte

Mais c’est son personnage de dandy manipulateur et bisexuel Tom Ripley qui inspira le plus les cinéastes, personnage qui fut inspiré à la romancière par un voyage en Europe. Outre Plein Soleil en 1960, Ripley apparaît en effet sous les traits de Dennis Hopper dans L’Ami Américain de Wim Wenders, dans Le Talentueux Mr Ripley sous les traits de Matt Damon, puis dans Ripley’s Game joué par John Malkovich et Mr Ripley et les ombres incarné par Barry Pepper.

4. La révélation Alain Delon

La légende Delon est née avec Plein Soleil. C’est René Clément le premier qui perçoit chez le jeune acteur de 25 ans la puissance animale et charismatique qui fera plus tard sa légende chez Visconti, Antonioni, Losey ou Melville. Et il ne devait même pas, à l’origine, tenir le rôle de Tom mais celui de Philippe.

“Les gens pensent souvent que j'ai joué dans Rocco et ses frères avant de tourner Plein Soleil. Faux ! C'est justement parce Visconti avait vu Plein Soleil qu'il m'a choisi pour le rôle de Rocco”, a raconté l’acteur.

5. René Clément

Un des plus grands cinéastes français des années 50-60, réputé comme un novateur (malgré le dédain de la Nouvelle Vague), René Clément est le seul réalisateur français à avoir reçu deux fois l’Oscar du meilleur film étranger. C’était en 1949 pour Au-delà des Grilles avec Jean Gabin puis Jeux Interdits en 1952. Il a connu en 1966 un immense succès avec la superproduction Paris Brûle-t-il? écrite par Gore Vidal et Francis Ford Coppola pour une grande partie des stars françaises et américaines de l’époque, de Jean Gabin à Kirk Douglas en passant par Belmondo, Signoret, Orson Welles et Yves Montand.

Alain Delon a raconté à Denitza Bancheva, biographe de Clément : “Il était à la fois le plus grand cadreur et le plus grand directeur d'acteurs que j'aie jamais connu. Je le comparais à Karajan, il dirigeait comme un vrai chef d'orchestre, avec toutes les nuances de moderato, piano, presto… Il adorait me faire bouger dans un décor. Il m'y faisait entrer et il disait : “Va où tu veux, bouge comme tu veux, sens les choses comme tu veux, mais je veux que tu occupes ton décor, que tu le remplisses…”

Delon et Clément ont tourné ensemble à trois reprises après Plein Soleil : en 1960 dans Quelle joie de vivre, en 1964 dans Les Félins et enfin dans Paris brûle-t-il? en 1966.

6. Maurine Ronet

L’acteur de Ascenseur pour l’échafaud a joué, trois ans après Plein Soleil, le rôle de Tom Ripley dans Le Meurtrier de Claude Autant-Lara. Le nom du personnage avait alors été changé en Walter Saccard. Il retrouvera Delon dans La Piscine neuf ans plus tard pour subir exactement le même sort que dans Plein Soleil !

7. Les décors de l’Italie de la Dolce Vita

8. Une sublime photographie

Fidèle à sa réputation de novateur, René Clément fait appel à Henri Decaë, le chef opérateur préféré de la Nouvelle Vague avec des films comme Les 400 Coups de François Truffaut, Les Enfants Terribles de Jean-Pierre Melville, Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle et Le Beau Serge de Claude Chabrol. Sa photo colorée et baignée de soleil est depuis entrée dans la légende.

9. Un scénario prémonitoire

Comme pour la photo, René Clément s’adjoint les services d’un habitué de la Nouvelle Vague en la personne du scénariste Paul Gégauff, collaborateur habituel de Claude Chabrol. Alcoolique à la personnalité autodestructrice, il assassina sa femme de 37 coups de couteau au motif de la jalousie alors qu’ils se rendaient en Norvège pour les fêtes de Noël.

10. Un film adoré par Martin Scorsese

Sorti aux Etats-Unis sans fanfare dans les années 60, Plein Soleil a été sauvé par Martin Scorsese en 1996 qui a permis une ressortie et contribué à en faire un film culte dans le monde entier. Le film a ensuite été restauré complètement en 2012.

11. Les critiques

“Plein Soleil (...) est un reportage sur la jeunesse, l’insouciance, le je-m’en-foutisme d’une époque d’après-guerre où on rêvait de vivre d’amour, de chianti et de gros chèques envoyés aux «enfants» par un papa américain et milliardaire. Un vent libertaire souffle sa tempête aussi fort dans Plein Soleil que dans les films de la Nouvelle Vague.” - Libération (reprise)

“C'est la modernité du film qui frappe, surtout.” - Télérama (reprise)

“Restent les couleurs chaudes de l’Italie, et surtout le regard incandescent, la beauté sauvage et dangereuse d’Alain Delon, l’homme qui voulait tuer Maurice Ronet, ce fantôme très gênant d’une époque révolue. Il mérite à lui seul qu’on revoie Plein soleil.” - Les Inrocks (reprise)

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés