10 raisons de regarder THE GAME de David Fincher

Posté par michael le mardi 14 mars 2017 il y a 9 mois

1. L’histoire

Nicholas Van Orton, un riche banquier froid, arrogant et ayant perdu tout sens des réalités du monde, reçoit le jour de son 48e anniversaire un mystérieux cadeau de la part de son frère Conrad : un jeu qui promet de lui changer la vie.

2. Le scénario

Il a fallu presque dix ans au scénario de The Game pour arriver sur les écrans. Ecrit par John Brancato et Michael Ferris, le film devait à l’origine être réalisé par Jonathan Mostow (futur réalisateur de U-571 et Terminator 3) avec Kyle McLachlan (Twin Peaks) et Bridget Fonda (JF Partagerait Appartement) dans les rôles principaux. Mais le projet échoue à se mettre en place jusqu’à l’arrivée de David Fincher qui retravaille le script avec Andrew Kevin Walker (scénariste de Se7en) en faisant du personnage de Michael Douglas “un Scrooge moderne et beau gosse plongé dans une situation à la Mission Impossible avec une injection de stéroïde de L’Arnaque.”

3. David Fincher

The Game aurait dû être le deuxième film de David Fincher, star de la publicité et des clips (Vogue de Madonna, notamment), qui pensait le réaliser avant Se7en. Un de ses films les plus sous-estimés, The Game comporte pourtant déjà beaucoup des thèmes (la renaissance, la catharsis...) qu’il abordera ensuite dans Fight Club, Social Network, Gone Girl ou Benjamin Button.

5. Michael Douglas

Une des grandes réussites de The Game est d’avoir réussi à séduire Michael Douglas pour qu’il accepte le rôle de Nicholas Van Orton. L’acteur excelle en effet dans ces rôles de salauds froids et arrogants. De ce point de vue, The Game fait presque office de suite non officielle à Wall Street et Nicholas Van Orton l’avatar de son célèbre Gordon Gekko, le salopard flamboyant qui lui valut un Oscar en 1986.

6. Sean Penn

Ce n’est qu’un rôle très secondaire mais, pour l’anecdote, il a longtemps été question que ce soit Jodie Foster qui incarne le rôle. L’actrice n’aurait alors pas été la soeur du personnage mais sa fille. L’actrice ne pouvant pas se libérer pour le tournage, à cause d’engagements précédents sur Contact, le rôle fut proposé à Jeff Bridges qui le refusa.

7. Les débuts d’un des plus grands chefs opérateur

The Game est seulement le deuxième film de cinéma de Harris Savides, le directeur de la photographie de nombreux clips cultes des années 90, en particulier pour Mark Romanek (Criminal de Fiona Apple, Closer de Nine Inch Nails, Bedtime Story de Madonna...). C’est lui également qui éclaira la vidéo de Everybody Hurts de REM. Depuis The Game, il est devenu le chef opérateur préféré de Gus Van Sant (Harvey Milk, Elephant, Gerry, Last Days, A La Recherche de Forrester...), Sofia Coppola (Somewhere, The Bling Ring), Noah Baumbach (Greenberg, Margot At The Wedding) et David Fincher avec qui il travaillera à nouveau sur Zodiac. Il est décédé d’un cancer en 2012 à l’âge de 55 ans.

4. Un film sur la manipulation du cinéma

David Fincher l’a raconté à The Independent : Se7en et The Game ont des gimmicks qui remettent en question la responsabilité du conteur dans la salle de cinéma. Pour moi, le meilleur tour dans Se7en était le tueur apparaissant à la page 95 du scénario. Vous êtes assis dans le cinéma et vous vous dites que ce n’est pas possible, que vous ne chassez pas quelqu’un pendant si longtemps pour finalement se le voir servir sur un plateau. C’est là que vous vous dites que quelque chose de vraiment mauvais va arriver. Vous ne savez pas si vous êtes au troisième acte, à la fin du deuxième acte ou au milieu du film. Il y a également plusieurs bons gimmicks dans The Game. Vous passez les 30 premières pages du scénario à comprendre à quel point ce type est rick. Ensuite, il passe son temps à demander pourquoi on lui fait ça. Duh. Et il y a beaucoup de diversions que votre cerveau catalogue naturellement parce que vous ne savez pas ce qui est utile ou non. Les films font généralement un pacte avec le public qui dit : ‘on va la jouer réglo. Ce qu’on va vous montrer s’empile. Mais nous ne faisons pas ça. De ce point de vue, c’est un film sur les films et sur la façon dont les films distribuent l’information.”

8. Le twist

Un des challenges de The Game pour David Fincher était ainsi de défier les spectateurs : “Jusqu’à quel point sont-ils prêts à aller et pourront-ils accepter 45 minutes de poudres aux yeux?” Dans le commentaire du DVD, David Fincher raconte ainsi que de nombreux spectateurs quittaient la salle des projections-tests : “Les gens se levaient en disant au film d’aller se faire foutre.”

9. Un film d’actualité

A l’heure où les politiciens semblent de plus en plus déconnectés des vraies réalités du monde et de la vraie vie de leurs concitoyens, The Game apparaît presque prémonitoire. Derrière les twists et le suspense de série B, le film de David Fincher résonne comme un violent plaidoyer contre l’aliénation, à l’image de Van Orton qui découvre, via “le jeu”, ce que représente la vie des 99%.

10. Les critiques

“Avec humour, le scénario multiplie les fausses pistes, s’ingéniant à placer son trop sérieux protagoniste dans les situations les plus saugrenues.” - Positif

“On retrouve là toute l’habileté de David Fincher, l’homme de « Seven », son talent de créateur d’ambiance à la Lynch, un sens du lieu, du décor oppressant” - Télérama

“Fincher, comme Douglas dans le rôle principal, montrent une finesse à jouer sur la paranoïa de notre époque.” - New York Times

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés