11 histoires incroyables sur SUGAR MAN

Posté par michael le vendredi 3 mars 2017 il y a 1 an

Le documentaire du suédois Malik Bendjelloul, qui a remporté un Oscar en 2013, retrace l’extraordinaire et à peine croyable destin du chanteur folk Sixto Rodriguez. Mais raconté du point de vue de ses fans, il ne dit qu’une partie de l’histoire. Voici dix histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur ce destin hors du commun.

1. Malik Bendjelloul a entendu parler de Rodriguez pour la première alors qu’il voyageait en Afrique

Journaliste pour la chaîne publique suédoise, Bendjelloul avait quitté, quelques mois plus tôt, son travail pour parcourir le monde. C’est en Afrique du sud qu’il a entendu parler de Rodriguez et du culte que lui vouait une grand partie de la population sud-africaine sans savoir, pour autant, qui était ce mystérieux chanteur. Sans argent, le jeune documentariste commença alors sa quête pour le retrouver. Il a dit au New York Times en 2012 : “C’était l’histoire vraie la plus géniale, la plus incroyable que j’avais jamais entendue. C’était une histoire parfaite. Il y a l’élément humain, l’aspect musical, une résurrection et une enquête policière.”

2. Rodriguez ne voulait pas apparaître dans le documentaire

A Rolling Stone, Bendjelloul a raconté : “Ses enfants m’ont dit qu’il pourrait probablement me rencontrer mais que je ne devais pas trop espérer pour avoir une interview. Je suis allé à Detroit chaque année pendant quatre ans. Il n’a pas voulu être interviewé avant ma troisième visite. Je pense qu’il a changé d’avis juste parce qu’il avait pitié de nous. Il a vu que nous travaillions dur et qu’il ferait mieux de nous aider.”

3. Rodriguez a fait ses débuts dans la musique avec un single sous le nom “Rod Riguez”

En 1967, il travaillait sur une chaîne d’assemblage de voitures et jouait dans des cafés de Detroit. Un producteur local lui fait alors enregistrer la chanson très inspirée par Donovan “I’ll Slip Away” sous le nom “Rod Riguez”, le producteur pensant que ce nom à connotation plus "blanche” serait plus “attirant”.

4. Il s’est présenté plusieurs fois à la mairie de Detroit

En 2015 à Uncut, il a raconté : “Je me suis présenté au poste de maire deux fois, au poste de député deux fois et au poste de conseiller municipal trois fois. Je me décrit comme un musicien politicien. Je suis né et j’ai grandi à Detroit. Detroit est un endroit intéressant.”

5. Avant l’Afrique du Sud, Rodriguez est devenu une star en Australie

Juste après que le premier album de Rodriguez fasse un flop aux Etats-Unis en 1970, Cold Facts réussit à atterrir en Australie. Le disque s’y vend très bien. Le batteur de Midnight Oil raconte à Rolling Stone que c’était un des albums cultes qu’ils jouaient le plus souvent avec The Wild, The Innocent & The E Street Shuffle de Bruce Springsteen et le premier album de Billy Joel.

A la fin des années 70, Rodriguez jouera même 15 dates en Australie, dont une à Sydney devant 15 000 personnes ! Avant ça, il n’avait joué que dans des bars de Detroit. En 1981 sortit même un album live. Pourtant, il raconte à Rolling Stone: “J’avais accompli cette mission incroyable. Mais rien n’est arrivé après ça. Pas d’appels. Rien.”

6. Après avoir été redécouvert en Afrique du Sud en 1998, Rodriguez s’est mis à beaucoup mieux gagner sa vie

Après l’échec de Cold Facts aux Etats-Unis en 1970, le chanteur a abandonné la chanson pour travailler dans la construction. Il n’avait alors aucune idée qu’en Afrique du Sud, en plein Apartheid, des millions de personnes s’étaient mises à écouter ses chansons sur l’oppression, les préjugés et la corruption.

Quand il est retrouvé en 1998 par des vieux fans sud-africains, il prend sa retraite de la construction et se met à faire quelques dates de concerts dans le pays. Mais rien de comparable au succès qu’il va connaître dans le monde entier après le documentaire de Malik Bendjelloul: en 2013, il ira jusqu’à remplir les 18.000 places du Barclay Center à Brooklyn !

7. Il donne l’ensemble de ses récents gains

Rodriguez, qui a vécu dans la même petite maison de Detroit pendant 40 ans et qui n’a ni télé, ni voiture, ni ordinateur, donne l’ensemble de ses gains à ses trois filles et à ses vieux amis. Sa fille raconte ainsi à Rolling Stone : “C’est sa philosophie. Ca lui fait plaisir de le donner, particulièrement aux gens qui l’ont supporté quand il n’avait pas de succès. Malgré tout, j’aimerais vraiment qu’il dépense un peu de cet argent pour lui-même.”

8. Comme certains ont des maîtresses dans chaque port, Rodriguez a des groupes dans chaque pays

Comme Chuck Berry en son temps, Rodriguez n’a pas de groupe fixe qui le suit dans tous ses concerts. Au lieu de ça, comme il le raconte à Rolling Stone, “j’ai environ une douzaine de groupes partout dans le monde. Je n’exagère pas. J’ai un groupe sud-africain, un groupe australien, des groupes suédois, des groupes anglais, des groupes américaines. Ce sont tous de très bon musiciens.”

9. Il dormait pendant les Oscars

Malik Bendjelloul supplia Rodriguez de l’accompagner aux Oscars où son documentaire finira par remporter la prestigieuse statuette. Mais le chanteur refusa, de peur de voler la vedette aux réalisateurs. Il avoua même à Uncut Stone qu’il dormait pendant la cérémonie (revenant d’un concert en Afrique du Sud) et que c’est sa fille qui lui a annoncé la nouvelle (n’ayant pas de télé).

10. Il continue de travailler sur un troisième album - mais ça prend du temps !

En 2015, il disait à Uncut : “J’y travaille mais je suis en tournée jusqu’à Octobre. Après ça, j’essaye de m’y mettre et de le terminer mais la tournée était prévue de longue date. (...) J’ai parlé à plusieurs producteurs - David Holmes et Steve Rowland - et ils sont intéressés.”  En 2013, il disait déjà à Rolling Stone : “J’ai beaucoup de titres et de mélodies sur lesquelles je travaille. J’ai joué avec un orchestre chez David Letterman récemment. Après ça, j’ai eu une super idée d’album.”

11. Malik Bendjelloul s’est suicidé en 2014

Il avait 36. Sugar Man est son unique film. On ne connaît pas les raisons de son geste.  Vous pouvez lire ce long portrait du Guardian (en anglais) qui tente de comprendre.

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés