15 histoires incroyables sur l’album PET SOUNDS des Beach Boys

Posté par michael le vendredi 20 janvier 2017 il y a 1 an

C’est un album mythique, un chef d’oeuvre du rock qui a changé à jamais le paysage musical, élevant le single calibré pour la radio au rang d’art majeur. C’est aussi un album dont l’histoire est une des plus folles de l’histoire du rock.

A l’occasion de la diffusion d’un documentaire de Martin R. Smith, voici quinze histoires incroyables sur l’enregistrement de Pet Sounds, l’album mythique des Beach Boys.

1. Pet Sounds est inspiré par les Beatles

Brian Wilson a raconté que Pet Sounds était sa manière de faire un album comme Rubber Soul, l’album parfaitement construit et sans fillers (des chansons “moyennes”) des Beatles  : “Rubber Soul m’a coupé le souffle. Quand j’ai entendu Rubber Soul, je me suis dit j’en avais fini. Je me suis dit que j’allais faire un album qui serait vraiment bon, je veux dire, un album qui me challengerait vraiment. J’adore ce putain d’album. Je chérie cet album.”

2. La genèse de Pet Sounds débute avec une crise de panique

En décembre 1964, alors qu’il est dans un avion à destination de Houston pour débuter une nouvelle tournée avec les Beach Boys, Brian Wilson a une crise de panique qui le voit tomber dans les pommes et pleurer sans raison. De retour en Californie, il se rend compte que les tournées sont trop épuisantes nerveusement. Il réunit alors le groupe et leur annonce qu’il arrête les tournées mais qu’en échange il s’engage à écrire d'excellentes chansons.

3. Le principal parolier de Pet Sounds est un concepteur-rédacteur publicitaire

Souhaitant sortir du cadre des paroliers habituels des Beach Boys, Brian Wilson engagea Tony Asher, un concepteur-rédacteur qui avait travaillé notamment sur les pubs pour les jouets Mattel et qu’il avait rencontré en studio où ce dernier enregistrait des jingles.

Comme Asher le racontera plus tard, “il est juste de dire que la teneur générale des paroles a toujours été de lui tandis que le choix de mots était de moi. Je n’étais juste que son interprète.”

4. Il a fallu moins d’une heure pour écrire la chanson God Only Knows

C’est une des chansons la plus connue des Beach Boys, considérée par Paul McCartney comme la plus grande chanson de l’histoire. Et bien, d’après Wilson et Asher, il n’a fallu que 45 minutes pour la composer. Au Guardian, Asher racontait en 2015 : “Nous n’avons pas passé beaucoup de temps à l’écrire. C’est venu plutôt rapidement. Brian a passé beaucoup de temps à travailler sur ce qui a fini par être la partie instrumentale de la chanson. Mais la partie qui a des paroles est une de ces choses qui est venue d’un bloc.”

5. God Only Knows est la première chanson pop avec le mot “God” dans le titre

Tony Asher raconte : “Nous avions de longues conversations pendant l’écriture de God Only Knows. Car à moins d’être Kate Smith et de chanter God Bless America, personne ne pouvait dire “God” dans une chanson. Personne ne l’avait jamais fait et Brian ne voulait pas être le premier à essayer. Il disait que nous n’aurions jamais de passages radio.”

Si finalement la chanson a bien été interdite sur les ondes de certaines radios du sud des Etats-Unis pour blasphème, elle a été bien reçue partout ailleurs.

6. Une chanson sur la drogue a créé une grosse tension dans le groupe

Brian Wilson a composé Pet Sounds seul alors que le reste du groupe continuait sa tournée au Japon en chantant les tubes surf et joyeux qui ont fait sa gloire. De retour en studio pour enregistrer leurs voix, le groupe a donc eu un choc en entendant la première chanson de Pet Sounds proposé par Wilson. Dans Hang On To Your Ego, Wilson raconte en effet son expérience avec le LSD, une drogue qui donne l’impression d’être débarrassé de son ego. Une direction que n’apprécia pas beaucoup Mike Love qui considérait la chanson comme “une chanson de junkie” et qui refusa de la chanter. Finalement, Brian Wilson, pour apaiser la situation, changea le titre de la chanson en I know there is an answer.

7. La chanson Pet Sounds qui donne son titre à l’album a été composée pour un James Bond

L’instrumentale teintée de Bossa Nova devait à l’origine s’appeler Run James Run, comme il l’a raconté plus tard : “C’était supposé être une chanson dans le genre des thèmes de James Bond. On allait essayer de la faire écouter aux producteurs des films mais on s’est dit que ça n’arriverait jamais alors on l’a mise sur l’album.”

8. La voix de Brian Wilson sur la chanson Caroline, No, qui clôture l’album, est accélérée pour lui donner un son plus juvénile

C’est une des chansons les plus tristes de l’histoire du rock. Elle a été inspirée à Wilson par les sentiments secrets qu’il avait, adolescent, pour une pom-pom girl de son lycée nommée Carol Mountain, des sentiments qui resurgirent au moment de l’enregistrement de Pet Sounds quand il apprit qu’elle s’était mariée et vivait tout près de chez lui.

En faisant écouter la chanson à son père (et ancien manager), ce dernier lui conseilla d’accélérer l’enregistrement de sa voix pour lui donner un son plus juvénile, plus proche du son de sa voix quand il était adolescent.

9. Pet Sounds assemble la plus grande variété de percussions de l’histoire du rock

A l’époque, c’était du jamais vu. On peut entendre tout au long de l’album des cloches de traîneaux, des sonnettes de vélo, des timbales, du güiro, du vibraphone, des bongos et autres instruments “exotiques” qui apportent textures et couleurs à l’album. Mais plus original encore, on peut aussi entendre des canettes vides de Coca-Cola, des packs de jus d’orange et des bouteilles d’eau.

10. Comme son titre l’annonce d’emblée, on peut aussi entendre des sons d’animaux dans Pet Sounds

On peut notamment entendre des aboiements des deux chiens de Brian Wilson, Banana et Louie, qui se sont invités dans le studio. Mais le compositeur avait une autre idée en tête: il voulait un cheval. Finalement, devant quelques problèmes logistiques, il abandonna l’idée.

11. La séance photo de la couverture de l’album a été “pittoresque”

A la sortie de l’album, des employés du zoo de San Diego où a été prise la photo se sont plaints que les Beach Boys avaient maltraités les chèvres qui sont sur la couverture. Les Beach Boys, eux, ont affirmé que c’était plutôt l’inverse : “Vous voyez la grosse chèvre blanche au premier plan ? L’animal le plus odieux que j’ai jamais vu de ma vie. Elle m’a poussé, et tout le groupe, partout. Si vous aviez un petit bout de quelque chose dans la main, elle le savait et elle vous piétinait presque pour essayer de l’avoir”, raconta Al Jardine. “Les chèvres étaient horribles! Elles sautaient partout et elle vous mordaient. Une d’elle a mangé ma radio. Le zoo a dit que nous avions torturé les animaux mais ils auraient dû voir par quoi nous sommes passé. C’était nous qui souffrions”, rajouta Al Johnston.

12. Pet Sounds était, à l’époque, l’album le plus cher de l’histoire et sa maison de disques voulait l’enterrer

Il a fallu dix mois à Brian Wilson pour terminer Pet Sounds qui a coûté la coquette somme de 70 000 dollars, une somme gigantesque pour l’époque qui faisait de l’album le plus cher de l’histoire. La maison de disques est donc tombée de très haut quand elle a entendu le résultat final, mélancolique et introspectif, très loin des hymnes joyeux au surf (Surfin USA, Barbara Ann...) qui avaient fait des Beach Boys des superstars.

Ne sachant quoi faire du disque, la maison de disques décida donc de sortir un best-of du groupe deux mois seulement la sortie de Pet Sounds, empêchant le disque de trouver son public et de se vendre au niveau des précédents.

13. Pet Sounds a beaucoup inspiré les Beatles

Si Brian Wilson a été inspiré par le Rubber Soul des Beatles pour Pet Sounds, les Fab Four ont à leur tour été inspirés par Pet Sounds pour leur Sgt. Pepper sorti l’année suivante. “Sans Pet Sounds, Sgt. Pepper n’aurait jamais existé. Pepper était une tentative d’égaler Pet Sounds, a raconté George Martin, le producteur des Beatles.

14. Le tube Good Vibrations était destiné à Pet Sounds

A l’origine, la chanson Good Vibrations devait figurer sur Pet Sounds mais Brian Wilson décida finalement, contre l’avis du reste du groupe, de l’enlever, la jugeant incomplète. Il la jugeait d’ailleurs si incomplète qu’il passa les six mois suivants à essayer de la perfectionner, générant une note de studio de 50.000 dollars, faisant du single le plus cher de l’histoire de l’époque. Sorti sur l’album suivant, Smiley Smile, la chanson sera, contrairement à Pet Sounds, un énorme succès, devenant le dernier n°1 de Brian Wilson dans les charts américains.

15. Deux films de fiction ont montré l’ampleur de l’enregistrement de Pet Sounds

Dans l’excellent biopic de Brian Wilson, Love & Desire, et dans la comédie Walk Hard sous une forme beaucoup plus parodique.

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés