11 raisons de regarder SUNSHINE de Danny Boyle

Posté par michael le dimanche 13 août 2017 il y a 2 mois

1. L’histoire

En 2057, le soleil se meurt. Le vaisseau spatial ICARUS II est le dernier espoir de l'humanité. La mission des 7 hommes et femmes de son équipage : faire exploser un engin nucléaire à la surface du soleil pour relancer l'activité solaire.

Mais à l'approche du soleil, privés de tout contact radio avec la Terre, les astronautes perçoivent un signal de détresse en provenance d'ICARUS I, disparu sept ans auparavant.

image

2. Un scénario de Alex Garland

Auteur du roman culte de la Génération X, La Plage, Alex Garland est devenu scénariste en écrivant 28 Jours Plus Tard, le film qui remit les zombies à la mode en 2002. Avec Sunshine, il poursuit donc une prolifique collaboration avec Danny Boyle qui a, par ailleurs réalisé l’adaptation cinématographique de son roman culte. On doit également à Garland l’excellente adaptation du roman sur le clonage, Never Let Me Go avec Keira Knightley et Andrew Garfield. Il est récemment passé à la réalisation avec Ex-Machina, un film sur l’intelligence artificielle avec Alicia Vikander.

image

3. Un point de départ scientifique et athée

Alex Garland raconte : “J'ai toujours eu envie d'écrire un film de science-fiction. Je voulais développer l'idée du voyage de l'homme dans l'espace et chemin faisant, de ce qu'il découvre dans son propre subconscient. J'étais à la recherche d'un sujet auquel je pouvais rattacher cette idée, lorsque j'ai lu un article qui faisait une projection de l'avenir de l'humanité en se plaçant d'un point de vue scientifique et athée. Le papier énonçait des théories sur la fin programmée du soleil et en évoquait les conséquences. L'homme a besoin de l'énergie du soleil pour survivre, et lorsque cette énergie sera épuisée, l'espèce humaine disparaîtra. Ce que je trouvais intéressant, c'était qu'on pouvait facilement spéculer sur la disparition possible de l'espèce humaine - et je me suis alors dit ‘et si nous avions la certitude que l'homme devait disparaître dans un très proche avenir ?’ Je voulais raconter une histoire où la survie de toute la planète dépend d'un seul homme, et en évoquer les effets sur sa santé mentale. C'était le point de départ du scénario.”

image

4. Danny Boyle

Sunshine est le septième film de l’anglais Danny Boyle, révélé au milieu des années 90 grâce à ses comédies noires, Petits Meurtres Entre Amis, Trainspotting et Une Vie Moins Ordinaire. Après l’échec commercial de La Plage, son premier film à gros budget, il est revenu à un cinéma plus indépendant et surtout beaucoup plus viscéral et versatile avec le film d’horreur 28 Jours plus Tard, la (beaucoup trop méconnue) comédie dramatique sur l’enfance Millions, l’histoire d’amour indienne Slumdog Millionnaire, le film d’aventure survivaliste 127 Heures et le biopic experimental Steve Jobs.

image

5. Un casting très inclusif

Dix ans avant Star Wars Rogue One, Danny Boyle a créé une grande odyssée spatiale multi-culturelle en recrutant des acteurs venus de différentes régions du globe, à l’image de Michelle Yeoh (Malaisie), Chris Evans (Etats-Unis), Hiroyuki Sanada (Japon), Benedict Wong (Anglais d’origine chinoise) Cillian Murphy (Irlande), Rose Byrne (Australie) ou Cliff Curtis (Nouvelle-Zélande).

image

6. Cillian Murphy

C’est la seconde fois que l’acteur irlandais travaille avec Danny Boyle qui l’avait révélé dans 28 Jours Plus Tard. Son rôle dans Sunshine a eu un profond impact sur lui comme il l’a raconté au Daily Record : “J’étais agnostique avant le film. Désormais, je suis profondément athée. Pas juste parce que j’ai passé du temps avec ces gars [Les physiciens du CERN, NDLR]. Ils sont juste confirmé ce que j’avais toujours suspecté. Pour moi, le film est fondamentalement une bataille entre la science et la religion, ou la science en remplacement du fondamentalisme.”

image

7. La révélation Chris Evans

Considéré comme un jeune acteur assez peu intéressant et fade au début des années 2000 via des rôles dans la comédie trash Not Another Teen Movie, Cellular ou Les 4 Fantastiques, Chris Evans va progressivement changer d’image grâce à Sunshine. A la fois débonnaire et profondément émouvant, il est une véritable révélation dans le film de Danny Boyle, une transformation à nouveau visible plus tard dans des films comme Snowpiercer.

image

8. Un film de science-fiction spirituel

Danny Boyle raconte : “L'idée d'un voyage vers le soleil est formidable sur un plan visuel, mais aussi très intéressante sur un plan psychologique, explique le réalisateur. Comment réagit-on mentalement lorsqu'on se trouve en présence du créateur de l'univers qui, pour certains, revêt une dimension religieuse et spirituelle, et, pour d'autres, un concept purement scientifique ? Sachant que nous sommes tous constitués de particules d'étoiles pulvérisées, quelle serait notre réaction si nous nous rapprochions du soleil, source de vie du système solaire ? C'est très stimulant intellectuellement de soulever ce type d'interrogations.”

Le réalisateur cite par ailleurs des influences comme 2001 Odyssée de l’espace, Alien ou Solaris mais aussi Silent Running de Douglas Trumbull, Dark Star de John Carpenter et Event Horizon de Paul WS Anderson.

9. La musique qui vous prend au tripes

Danny Boyle a raconté à Digital Spy : “Underworld [qui avait notamment participé à la musique de Trainspotting via le morceau Born Slippy.Nuxx, NDLR] a créé une bande-son expérimentale sur tout le film. Nous n’avions pas encore fini le film quand je leur ai donné le film sur lequel ils ont improvisé. Ils ont envoyé ce travail au compositeur classique John Murphy [qui avait composé la musique de 28 Jours Plus Tard et Millions, NDLR] qui l’a complété. La musique est un hybride de leur travail à tous les trois. C’est très intéressant. On en est vraiment content. Ca marche très bien. C’était un vrai risque, en fait. Ca aurait pu être un vrai désastre.”

En fait, il est fort possible que vous ayez entendu le thème du film dans de nombreuses publicités, bandes-annonces et émissions télé !

image

10. Une expérience sensorielle

Entre la musique poignante de John Murphy, la mise en scène viscérale de Danny Boyle et le parti-pris de tourner le film comme un huit-clos mélancolique et paranoïaque, Sunshine est une véritable expérience sensorielle et spirituelle. A vous donner le vertige !

11. Les critiques

Sunshine est le candidat le mieux placé pour le titre de film de science-fiction de l'année. On peut même affirmer qu'on a rien vu de plus novateur depuis Alien.” - Première

“Un conte métaphysique aussi passionnant que visuellement impressionnant” - 20 Minutes

“Avec la beauté de ses images et son suspense (...) ce film de science-fiction philosophique est la plus émouvante et éprouvante odyssée de l'espace que l'on puisse voir actuellement, sous le soleil.” - Paris Match

“Une invitation à l'ultime voyage qu'il serait dommage de décliner.” - Mad Movies

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés