14 raisons de regarder NOE avec Russell Crowe

Posté par michael le dimanche 17 décembre 2017 il y a 4 mois

1. Une histoire (presque) aussi vieille que le monde

Lointain descendant de Seth, le troisième fils de Adam et Eve, Noé vit avec sa famille à l’écart d’une civilisation industrielle qui a détruit la nature et le monde. Un soir, il reçoit dans un rêve un message du Créateur qui lui annonce des inondations qui purgeront la Terre et demande à Noé de bâtir une arche géante pour lui, sa famille et les milliers d’animaux.

2. Un film très personnel pour Darren Aronofsky

Noé est un film très personnel pour Darren Aronofsky qui a toujours voulu raconter cette histoire. A l’adolescence, ce fils de deux enseignants juifs très conservateurs, a écrit pour un devoir un poème au sujet de la paix. Parlant de l’histoire de Noé libérant les colombes de l’arche, le poème remporta un concours qui lui permit d’aller le lire aux Nations-Unies. Plus tard, alors qu’il étudie l’anthropologie sociale à Harvard, l’histoire est restée dans son esprit. “Le premier film que j’ai pitché après Pi (son premier film de 1998) était Noé”, disait-il à The Independent. “Mais j’étais très très jeune et n’avais aucune idée dans quoi je m’embarquais.”

3. Le premier blockbuster de Darren Aronofsky

Au lieu de ça, il a réalisé Requiem For A Dream en 2000 suivi de The Fountain, son film le plus personnel, l’histoire d’une femme mourant d’une tumeur au cerveau réalisé au moment où ses deux parents ont été diagnostiqués d’un cancer (dont ils ont finalement survécu), un film qui devait être un gigantesque blockbuster épique avec Brad Pitt qu’il dut réduire drastiquement de taille pour poursuivre sa vision.

Après le gros succès commercial et critique de Black Swan avec Natalie Portman, Noé est donc son film le plus cher et le plus ambitieux, le premier réalisé sous l’égide d’un grand studio avec un budget dépassement les 100 millions de dollars.

4. Un film sur la folie dans la veine des précédents films

Comme le mathématicien dans Pi ou Natalie Portman dans Black Swan, Noé est un film sur le folie et l’obsession. Tous ces personnages sont prêts à la frôler pour atteindre ce en quoi ils croient.

5. Un film multi-confessionnel (et plus)

L’histoire de Noé est issue du Livre de la Genèse, qui retrace le récit des origines, de la Création du Monde par Dieu à Adam & Eve en passant par le Déluge dont seuls Noé et sa famille sont sauvés. Premier livre de la Torah, et donc de la Bible, le Livre de la Genèse est un livre fondamental à la fois pour le Judaïsme et le Christianisme mais aussi pour l’Islam, le Coran faisant intervenir régulièrement ses personnages.

D’ailleurs, Darren Aronofsky a déclaré au Hollywood Reporter que “Noé est un film pour tous.”  Le mot “Dieu” n’y est jamais prononcé. Pour les non-croyants, il voulait créer “ce monde fantastique similaire à la Terre du Milieu." Et en même temps, il voulait faire un film pour ceux “qui prennent cette histoire très très sérieusement.”

6. Un film proche des textes anciens...

Darren Aronofsky et ses co-scénaristes sont restés très proche des textes originaux du Livre de la Genèse, malgré ce qui lui a été beaucoup reproché à la sortie du film. Le Vice-Président de Paramount raconte par exemple au Hollywood Reporter que “les gens ont des souvenirs de l’histoire qui ne sont en fait pas corrects. Comme le fait que Noé ouvre et ferme la porte de l’arche. Les gens disent que la porte de l’arche est supposée être si grande qu’aucun homme ne peut la fermer. Et bien non, ce n’est pas ce qui est dit. Ce qui est dit est que Dieu a finalement refermé la porte de l’arche quand la vague est arrivée pour pas que Noé ferme la porte sur le reste de l’humanité. C’était Dieu prenant une décision. Et il y a la scène - qui est bien la Bible - dans laquelle, Noé, de retour sur la terre ferme, se noie dans l’alcool dans une grotte. La plupart des gens ne s’en rappellent pas ou n’ont jamais appris que, dans l’histoire, Noé est bien ivre après être descendu de l’arche.”

7. Et très éloignés !

Darren Aronofsky a dit au New Yorker que son Noé était “le film biblique le moins biblique de tous les temps.” En effet, comme de nombreux avant lui, le Livre de la Genèse a fait l’objet de très nombreuses interprétations. Celle du réalisateur en est une parmi d’autres car l’histoire de Noé est relativement courte : elle ne couvre que quatre chapitres centrés principalement sur la construction de l’arche et la durée du Déluge. Il faut donc broder autour. Par exemple, le méchant Tubal-Cain, incarné par Ray Winstone, est ainsi complètement inventé, tout comme les “Watchers”, ces géants de pierre qui aident Noé à construire l’arche (dans la Bible, il y a toutefois cette phrase “il y avait des géants dans la Terre en ces temps”).

8. Le message écologiste

Darren Aronofsky est passionné par l’environnement (au lycée, il est parti au Kenya et en Alaska pour y étudier la biologie) et raconte au New Yorker qu’il a fait de son Noé le premier activiste environnemental du monde : “Il y a dans le film un message très fort sur les inondations à venir liées au réchauffement climatique. Noé est une histoire de vieil homme un peu fou avec une barbe blanche mais en fait c’est l’histoire de la première apocalypse.”

9. Russell Crowe

L’acteur de Gladiator avait été envisagé par Darren Aronofsky pour incarner le personnage principal masculin de The Fountain. L’acteur australien avait refusé car, de son propre aveu, il n’avait rien compris au scénario. Le rôle sera finalement tenu par son compatriote Hugh Jackman. Dix ans après Master & Commander, Noé marque un retour remarqué au Russell Crowe intense qui s’était abandonné à quelques rôles très moyens dans les années 2000.

10. Jennifer Connelly

Dans le rôle de Naameh, l’épouse de Noé, l’actrice révélée très jeune dans Il Etait Une Fois en Amérique retrouve ici Darren Aronofsky après un des rôles les plus marquants de sa longue carrière, celle de Marion, la junkie amoureuse de Requiem For A Dream. Elle retrouve aussi Russell Crowe dix ans après Un Homme D’Exception dans lequel elle jouait déjà sa femme.

11. Les jeunes acteurs

Emma Watson et Logan Lerman qui avaient déjà tournés tous les deux dans Le Monde de Charlie.

12. La musique

Après les très intenses musiques de Requiem For A Dream et The Fountain qui comptent parmi les plus belles musiques de films des années 2000, Darren Aronofsky collabore à nouveau pour Noé avec le compositeur Clint Mansell et le quator de cordes Kronos Quartet.

13. Les décors naturels

Alors que Paramount voulait tourner le film à Hawaii et aux îles Canaries, Darren Aronofsky s’est battu pour le tourner en Islande. Un choix judicieux tant les décors de pierre noire (complétés par des structures métalliques inspirées par les sculptures de David Smith) donnent des décors sidérants.

Il raconte : “Il y a là-bas quelque chose de primitif parce que c'est un pays neuf. La terre semble se soulever là-bas : le pays est situé sur une plaque tectonique qui scinde l'Atlantique en deux. (...) Et comme c'est un pays neuf, on y éprouve un sentiment d'éternité. Je me suis alors dit que ce serait une formidable idée de tourner cette histoire ancestrale dans l'un des pays les plus neufs du monde."

14. Les critiques

“Même s'il est très fidèle à la Bible, sa vision s'avère à la fois audacieuse et iconoclaste, intemporelle et indépendante.” - Première

“Le survol en masse fulgurant des oiseaux, qui viennent se réfugier dans l'Arche, est un beau moment. Puis, très attendu, il y a le Déluge. Pas mal orchestré (des geysers, une pluie diluvienne) et sans emphase. Darren Aronofsky passe d'un genre à l'autre (film d'aventure, film catastrophe...), sans sombrer dans une armada d'effets.” - Télérama

“L'auteur de "Black Swan" orchestre des séquences spectaculaires à la Peter Jackson, des paysages kitschs tirés des bazars de Lourdes (...) Le projet mystique d'Aronofsky ne ressemble en effet à aucun autre blockbuster.” - Positif

Sources Images : tout le ciné

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés