10 raisons de regarder LES FILS DE L’HOMME d’Alfonso Cuaron sur RTL9

Posté par michael le vendredi 23 février 2018 il y a 6 mois

1. L’histoire : un film sur l'espoir

En 2027, le monde assiste effrayée à l'annonce de la mort de la plus jeune personne, seulement âgée de 18 ans. Le monde est devenu infertile et le Royaume-Uni un état policier.

Alors que le pays est sur le point de plonger dans le chaos, Theo Faron (Clive Owen), un ancien activiste, devenu un bureaucrate cynique, est chargé par son ex-femme (Julianne Moore) de faire quitter le pays et protéger une femme enceinte, la première depuis 20 ans, le dernier espoir de l’humanité...

image

image

image

2. D’après un roman de PD James

La romancière PD James a écrit Les Fils de l’homme en 1992 alors qu’elle avait 72 ans. C’est un roman très singulier dans son oeuvre essentiellement composée d’histoires de détectives dans le milieu de la bureaucratie britannique avec son héros fétiche Adam Dalgliesh.

L’adaptation cinématographique est très différente de l’oeuvre originale, ce qui, chose relativement rare, n’a pas empêché la romancière, âgée de 86 ans à la sortie du film, de déclarer : “C’est évident que le film est très différent du livre mais je suis très fière d’être associée à ce film.”

image

3. De la science-fiction du “présent”

Les Fils de l’homme a beau être un film de science-fiction se déroulant dans le futur, c’est avant tout un film sur notre “présent”. Il est ainsi rempli de références à notre monde contemporain, décuplant sa puissance en agissant comme un miroir. On trouve ainsi de nombreuses références visuelles aux traitement des réfugiés et des prisonniers de Guantanamo ou à la prison d’Abu Ghraib en Irak.

Alfonso Cuaron raconte : “Nous avons élaboré une chronologie personnelle pouvant aboutir à cette vision de Londres en 2027, et nous nous sommes aperçus que certains évènements décrits dans notre scénario étaient déjà amorcés. Je ne cherche pas, pour autant, à apporter au spectateur des réponses toutes faites. Je l'invite plutôt à s'interroger. Il découvrira alors que ce film est un miroir qui lui renvoie sa propre vision, plus ou moins optimiste, de l'avenir.”

image

4. De la science-fiction “visionnaire”

Le film pourrait même être un peu visionnaire. La scène de l’attentat au début du film a par exemple été tournée seulement un mois et demi après les attentats de Londres à quelques mètres de là. Et évidemment impossible de ne pas voir dans Les Fils de l’homme des images qui rappellent celles de la jungle de Calais ou de ne pas entendre des répliques qui rappellent celles entendues pendant la campagne du Brexit.

image

image

5. Un film de symbole

Par exemple, dans la scène où des membres de la “sécurité intérieure” déshabillent et battent des immigrés illégaux, on peut entendre la chanson “arbeit macht frei” des Libertines, une référence à l’Holocauste pour montrer ce qui se passe quand les gouvernements manipulent les peurs des citoyens à son propre avantage.

Alfonso Cuaron a aussi expliqué à Moviefone une scène particulièrement forte à la fin du film : “Ils sortent de l’Appartement des russes et le premier plan que vous voyez est cette femme en pleurs tenant le corps de son fils dans ses bras. C’était une référence à une véritable photo d’une femme tenant le corps de son fils pendant la guerre des Balkans. C’est évident que lorsque le photographie a capturé cet instant, il faisait référence à La Pietà, la sculpture de Michel-Ange de Marie tenant le corps de Jesus. Nous avons donc une référence à quelque chose qui est vraiment arrivé, dans les Balkans qui elle-même une référence à une sculpture de Michel-Ange. En même temps, nous utilisons la sculpture de David au début du film, qui est aussi par Michel-Ange. Et nous avons bien sûr toute la référence générale à l’histoire de la Nativité. Tout se référençait autant que nous pouvions.”

image

6. Alfonso Cuaron

Le mexicain a été révélé en 1995 par le film pour enfants, La Petite Princesse qui lui permet de décrocher le poste de réalisateur du troisième volet des aventures d’Harry Potter en 2004. On lui doit également le très sexy Y tu mamá también qui révèle Gael Garcia Bernal en 2001. Il a atteint la consécration en 2013 avec Gravity, énorme succès populaire qui lui vaut l’Oscar du meilleur réalisateur.

image

7. Le réalisme

Les Fils de l’homme n’est pas votre film de science-fiction habituel avec gadgets etc. Filmé dans un style “cinema-vérité” hyper réaliste, c’est un film âpre, sombre, bourré d’images qui vous hantent longtemps. Pas étonnant de retrouver au poste de chef opérateur le mexicain Emmanuel Lubezski qui travaille régulièrement avec Alfonso Cuaron mais aussi avec Terrence Malick (Le Nouveau Monde, The Tree Of Life...) et Alejandro Gonzales Innaritu (Birdman, The Revenant...)

image

8. La virtuosité de la mise en scène et les plan-séquence

Ce n’est pas la première fois que Alfonso Cuaron joue avec les plan-séquences mais aucun n’est aussi stupéfiant et impressionnant que les deux des Fils de l’homme. Le premier d’un durée de 4 minutes et 7 secondes montre une embuscade, le second d’une durée de 6 minutes et 18 secondes montrer une course au milieu de manifestations, de bombardements et de tirs. Vous pouvez voir dans cette vidéo comment ils ont été tournés. Le genre de scène, parmi les plus intenses filmées dans les années 2000, qui vous colle à votre siège !

image

9. Un casting cinq étoiles

Clive Owen (une fois nommé aux Oscars pour Closer), Julianne Moore (quatre fois nommée aux Oscars), Michael Caine (six fois nommé aux Oscars), Chiwetel Ejiofor (une fois nommé aux Oscars pour 12 Years a Slave), Peter Mullan (prix du meilleur acteur à Cannes) : difficile de faire mieux.

image

11. Les critiques

“Cet époustouflant thriller (...) saisit par son actualité, son réalisme et son tempo trépidant. (...) Sombre sans être dénué d'humour, Les Fils de l'homme se révèle aussi divertissant que profond.” - Le Parisien

“Le temps de reprendre son souffle, on se dit qu'on tient le film d'anticipation de la décennie.” - Première

“C'est (...) dans un climat de tension et d'inconfort permanent que se déroule cette oeuvre atypique dont l'impact perdure longtemps au-delà de son visionnage.” - L’Ecran Fantastique

“D'emblée, on est saisi par l'aisance brutale avec laquelle l'imprévisible Alfonso Cuarón (...) capte l'attention sans jamais, par la suite, desserrer l'étau.” - Libération

“Animée par un mouvement échevelé et ininterrompu, l'énergie du désespoir qui traverse Les Fils de l'homme est émouvante parce que branlante et incarnée” - Les Inrockuptibles

image

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés