10 raisons de regarder MATCH POINT de Woody Allen

Posté par michael le mercredi 11 janvier 2017 il y a 3 jours

1. L’histoire

Jeune prof de tennis issu d'un milieu modeste, Chris Wilton se fait embaucher dans un club huppé des beaux quartiers de Londres où il sympathise avec Tom Hewett, un jeune homme de la haute société qui lui présente sa jeune soeur Chloe.

Mais Alors qu'il s'apprête à l'épouser et qu'il voit sa situation sociale se métamorphoser, il fait la connaissance de la ravissante fiancée de Tom, Nola Rice, une jeune Américaine venue tenter sa chance comme comédienne en Angleterre.

Bientôt Chris va devoir choisir entre la passion charnelle avec Nola et son nouveau statut social...

image

image

2. Le 36e film de Woody Allen

Depuis ses débuts de réalisateur au milieu des années 60, Woody Allen n’a jamais arrêté de tourner : un film par an en moyenne depuis 50 ans, en oscillant entre les comédies burlesques à ses débuts (Bananas, Woody et les robots), drames familiaux bergmaniens (Intérieurs), comédies romantiques (Annie Hall, Manhattan) et même thrillers comme avec Match Point.

Un rythme frénétique qui permet de (un peu) pardonner à ce 36e film quelques grosses ressemblances du scénario avec le classique de George Stevens avec Montgomery Clift et Elizabeth Taylor, Une Place au Soleil (1951).

image

3. Le retour à la veine hitchcockienne de Woody Allen

Match Point permet à Woody Allen de renouer avec le thriller “hitchcockien”, une veine qu’il n’avait pas réellement explorée depuis Crimes et délits en 1989, réputé, comme Match Point, un des tous meilleurs films de sa carrière. Il la retrouvera à nouveau en 2007 dans Le Rêve de Cassandre (avec Colin Farrell et Ewan McGregor) également tourné à Londres, une ville qui ne lui inspire pas des choses joyeuses...

image   image

image   image

4. La première sortie de Woody hors de New York

S’il avait en partie tourné Tout le monde dit I Love You à Paris et à Venise en plus de New York, Woody Allen n’avait jamais tourné un film entier hors de sa ville natale (et ses environs). Pour la première fois, le new-yorkais, qui avait prévu de filmer dans les Hamptons près de New York, s’exile donc à Londres avec Match Point. La capitale anglaise lui a en effet offert des ponts d’or et une liberté absolue pour filmer dans la ville, Allen étant particulièrement friand des tournages en extérieur.

Une expérience si concluante qu’il va passer une bonne partie de la décennie à voyager en Europe et délocaliser son oeuvre : en Angleterre à nouveau en 2006, 2007 et 2010 avec Scoop, Le Rêve de Cassandre et Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, en Espagne en 2008 avec Vicky Cristina Barcelona, en France en 2011 et 2014 avec Minuit à Paris et Magic In The Moonlight et en Italie en 2012 avec To Rome With Love.

5. Scarlett Johansson

Le rôle de Nina devait être jouée par Kate Winslet qui se désista au dernier moment. Elle fut finalement remplacée par l’Américaine Scarlett Johansson qui va en profiter pour devenir la nouvelle muse du cinéaste, après Diane Keaton dans les années 70 (Annie Hall, Manhattan, Intérieurs...) et Mia Farrow dans les années 80-90 (Hannah et ses soeurs, Alice, September...).

Johansson va en effet à nouveau tourner avec Allen dans Scoop en 2006 et Vicky Cristina Barcelona en 2008.

image

6. Jonathan Rhys Meyers

Woody Allen voulait absolument l’acteur des Tudors après l’avoir vu dans Joue-la comme Beckham, comme il le raconte : “Dès l’instant où j’ai pensé à lui pour le rôle, cela a été impossible d’envisager quiconque d’autre. J’ai rencontré beaucoup d’autres comédiens qui m’étaient recommandés, mais j’avais le sentiment que Jonathan correspondait au personnage tel que je l’avais écrit dans le scénario. Il ressemble au personnage, il a la personnalité qui convient et vous constaterez d’ailleurs que sa prestation méritait que je lui fasse confiance.”

   

7. Un des films préférés de son auteur

Woody Allen est plutôt avare de compliments sur ses propres films. En général, dès qu’il a fini de les tourner, il se met à les détester. Pour l’anecdote, en 1987, après avoir tourné le film September, il le jeta entièrement à la poubelle pour le retourner complètement avec de nouveaux acteurs !

Mais ce n’est pas le cas avec Match Point qu’il considère comme un de ses meilleurs films, si ce n’est le meilleur. (Sur la liste révélée dans le livre d’entretien d’Eric Lax, il y a aussi La Rose Pourpre du Caire, Broadway Danny Rose, Meurtre Mystérieux à Manhattan et Stardust Memories).

image

image

8. Le pessimisme allenien

Celui qui a écrit la réplique “la vie se divise entre l’horrible et le misérable” (Annie Hall) a beau s’être fait connaître avec ses comédies, les plus hilarantes des années 70, il n’a jamais été un grand boute-en-train dans la vie. Alors quand il se lance dans le thriller, ne comptez pas sur lui pour être un grand fan des happy-ends. Au contraire, Allen fait de Match Point un film complètement désespéré, un film très sombre sur la société d’aujourd’hui. “Le crime paie” disait Booba dans un célèbre morceau des années 90. Woody Allen n’est pas loin de penser pareil, si l’on en croit la morale très noire de Match Point !

9. Le retour au succès

Après plusieurs années sans gros succès commercial aux Etats-Unis, Match Point a marqué le grand retour de Woody Allen au box-office. Il faut remonter à 1986 et à Hannah et ses soeurs pour retrouver un gros succès populaire dans la carrière du cinéaste new-yorkais. Depuis, il a connu d’autres gros succès comme Minuit à Paris et Blue Jasmine.

image

image

image

image

10. Les critiques

“Le nouveau Woody Allen [est] le plus beau qu'il ait récemment réalisé, l'égal des réussites qu'il alignait annuellement dans les années 80 (...) Tout, dans ce film qui dure deux heures (une rareté pour Woody) est vif, malin, précis et jubilatoire” - Télérama

“Woody Allen réalise avec Match point l'un de ses films les plus achevés.” - Les Inrockuptibles

“Match Point atteint incontestablement une hauteur et une profondeur qui le sort illico du lot. Depuis la constante justesse des détails (...) jusqu'à l'irrésistible crescendo (...) Woody Allen signe là une oeuvre (...) qui donne (...) l'impression qu'il passe pour la première fois de la règle du je à la règle du jeu.” - Le Monde

“Woody Allen a mis en place éléments et personnages avec un génie qui tient de l'évidence.” - Positif

“C'est rare, un film si en colère contre ce qu'il confesse admirer par ailleurs : la culture, la classe, le raffinement, le luxe, réduits à néant devant la passion. Aux pieds de laquelle rien n'est assez brûlant.” - Libération

image

image

image

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés