11 raisons de regarder ASSURANCE SUR LA MORT, le film noir de Billy Wilder

Posté par michael le lundi 30 mai 2016 il y a 2 ans

1. L’histoire

Walter Neff, un employé d'une compagnie d'assurances, tombe amoureux de la femme d’un de ses clients et échafaude avec elle un plan pour supprimer le mari encombrant et ainsi partager avec elle son assurance-vie.

2. D’après un maître du roman noir

Assurance sur la mort est basé sur une nouvelle de James M. Cain qui s’était déjà fait un nom, l’année précédente, en 1934, avec le roman Le Facteur sonne toujours deux fois, aussi une histoire de passion et de crime. Alors qu’il travaillait comme journaliste à New York, l’auteur s’était inspiré d’un fait divers de 1927 dans lequel une femme mariée du Queens avait réussi à convaincre son petit-ami de tuer son mari après avoir convaincu ce dernier de contracter une assurance-vie.

Malgré les très importantes modifications de son oeuvre faites par Billy Wilder, James M. Cain fut très satisfait du résultat déclarant :

“C’est le film fait à partir de mes livres qui contient des choses auxquelles j’aurais aimé pensé moi-même. La fin de Wilder était bien meilleure que ma fin et sa mécanique pour laisser le type raconter l’histoire en empruntant le dictaphone de son bureau, je l’aurais fait si j’y avais pensé.”

3. Billy Wilder

Le réalisateur a débuté comme scénariste, notamment sur quelques classiques de la comédie romantique comme La Huitième Femme de Barbe Bleue et Ninotchka (avec Greta Garbo) pour Ernst Lubitsch ou Boule de Feu pour Howard Hawks qui lui valent plusieurs nominations aux Oscars.

C’est Assurance sur la mort pour lequel il est nommé à l’Oscar du meilleur réalisateur et du meilleur scénario qui le révèle. Un exploit réitéré dès l’année suivante avec le drame sur l’alcoolisme Le Poison.

Depuis, il va s’imposer comme un des plus grands et versatiles réalisateurs américains, accumulant les récompenses avec d'autres films noir comme Boulevard du Crépuscule, des comédies comme Certains l’aiment chaud avec Marilyn Monroe, des polars comme Témoin à Charge et Le Gouffre aux Chimères, des comédies romantiques comme Sabrina avec Audrey Hepburn et La Garçonnière avec Shirley MacLaine et Jack Lemmon et même des films de guerre comme Stalag 17.

4. Une histoire Trop hard-boiled pour la censure

Quand la nouvelle de Cain sort, elle intéresse immédiatement les studios d’Hollywood qui se battent pour en acquérir les droits. Mais à l’époque, le Hays Office qui régit les bonnes moeurs dans les films, s’oppose à son adaptation au cinéma, son directeur envoyant même une lettre aux studios pour les décourager :

“Le bassesse du ton général et le goût sordide de cette histoire en font, à nos yeux, une matière absolument inacceptable pour être présentée sur les écrans à une audience diverse. Je suis sûr que vous serez d’accord qu’il est primordial d’éviter ce que le code appelle “l’endurcissement des publics”, en particulier ceux qui sont jeunes et impressionnables, en les confrontant à l’idée du crime.”

Il faudra huit ans pour que la Paramount décide finalement de défier la censure et décide d’adapter la nouvelle de Cain. Entre temps, l’auteur avait perdu 10 000 dollars, comparé à l’offre précédente !

5. Les débuts de scénariste du légendaire Raymond Chandler

Devant le refus de son collaborateur habituel, Charles Brackett, de travailler sur le projet qu’il jugeait trop “sordide, Billy Wilder fit appel à l’écrivain de roman noir Raymond Chandler qui connaissait alors un succès considérable avec ses romans de détective, en particulier Le Grand Sommeil. Chandler co-écrivait alors son premier scénario.

Pour la petite anecdote, c’est aussi la seule apparition devant une caméra de l’auteur mythique. Il fut en effet découvert 60 ans après la sortie du film que Chandler y avait fait un très brève apparition (au timecode 16′12″)

6. L’inspiration d’un autre chef d’oeuvre

La relation de travail entre Billy Wilder et Raymond Chandler fut très mouvementée mais aussi très fructueuse. Wilder raconta plus tard : “Si deux personnes pensent pareil, c’est comme deux hommes tirant un seul bout de corde. Si vous voulez collaborez, vous avez besoin d’un adversaire pour faire rebondir les idées.”

Mais Chandler garda un souvenir amer de son expérience, blâmant, par exemple, le studio de ne pas l’avoir invité au junket promotionnel du film, ce à quoi Wilder répondit : “Nous ne l’avons pas invité ? Comment aurions-nous pu ? Il était sous la table saoul dans un bar. (...) Il était aux Alcooliques Anonymes et je pense qu’il en a bavé avec moi. C’est moi qui l’a refait plonger.”

C’est cette expérience avec Chandler qui poussa Billy Wilder à écrire son film suivant, Le Poison, l’histoire d’un écrivain alcoolique qui remporta en 1946 l’Oscar du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario et du meilleur acteur.

7. Barbara Stanwyck

Le premier choix de Billy Wilder pour incarner la manipulatrice adultère Phyllis Dietrichson a toujours été Barbara Stanwyck, à l’époque la plus grande star féminine d’Hollywood et la femme la mieux payée d’Amérique. Comme elle le raconte, elle n’était pas très chaude pour incarner le rôle d’une meurtrière avant de se laisser convaincre par Wilder :

“Je lui ai dit que j’adorais le scénario et que je l’adorais lui mais que j’avais un peu peur, après toutes ces années à jouer des héroïnes, d’aller sur le registre de la pure meurtrière. Et Mr Wilder - à raison - m’a regardé et m’a demandé si j’étais une souris ou une actrice, ce à quoi je lui ai répondu que j’espérais être une actrice. Et là, il m’a dit : “Alors, prend le rôle.” Ce que j’ai fait et je lui en suis très reconnaissante.”

8. La perruque blonde de Barbara Stanwyck

Beaucoup ont critiqué le choix d’affubler Barbara Stanwyck d’une perruque blonde. Le patron de la production chez Paramount aurait même dit de ce choix : “Nous avons engagé Barbara Stanwyck et nous nous retrouvons avec George Washington.”

Mais c’était une volonté délibérée de Billy Wilder qui voulait renforcer la fausseté du personnage, son mauvais goût et son côté “louche”. Un choix judicieux tant le style du personnage est entré au panthéon de la pop-culture (voir par exemple le personnage de Patricia Arquette dans Lost Highway de David Lynch).

9. Fred MacMurray

Toutes les plus grandes stars masculines de l’époque ont refusé le rôle de Walter Neff, dont Alan Ladd, James Cagney, Spencer Tracy, Gregory Peck ou Fredric March.

Réalisant que le personnage devait être joué par quelqu’un à l’aise dans le cynisme mais aussi dans la bonté de coeur, Billy Wilder pensa à l’acteur Fred MacMurray, un acteur essentiellement connu pour ses personnages de joyeux drille dans des comédies. D’ailleurs, quand Wilder lui proposa le rôle, MacMurray lui aurait répondu : “Tu fais l’erreur de ta vie !”

10. La style visuel très “noir”

Le chef opérateur John F. Seitz a beaucoup expérimenté sur le tournage de Assurance sur la mort tout en s’inspirant de l’expressionnisme allemand.  C’est lui qui eut l’idée de tourner dans la quasi-obscurité les scènes d’intérieur tournées en studio afin de contraster avec les scènes d’extérieur fortement ensoleillées et donner au spectateur la sensation des manipulations sordides se tramant derrière les belles façades. Seitz eut même l’idée de projeter des particules d’aluminium dans l’air pour qu’en flottant, elles donnent l’impression de poussière.

Autre innovation qui sera reprise dans des dizaines d’autres films plus tard, le “volet vénitien” qui permettait de figurer des barreaux de prison emprisonnant les personnages.

11. La matrice de tous les films noir

Pour beaucoup, Assurance sur la mort est le premier véritable “film noir” dont les éléments sont toujours les mêmes : “un crime raconté du point de vue des criminels, un thème tournant autour du sexe, une ambiance sombre et claustrophobique avec une emphase sur les ombres censées projeter les sentiments des personnages. Suivront ainsi  des films comme Le Grande Sommeil, La Griffe du Passé, Les Tueurs, En Quatrième Vitesse, La Soif du Mal, Sunset Boulevard, Détour, Le Troisième Homme, Mildred Pierce etc.

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés