12 histoires incroyables sur LES AFFRANCHIS de Martin Scorsese

Posté par michael le dimanche 18 octobre 2015 il y a 2 ans

Considéré par beaucoup comme le meilleur film de Scorsese et comme un des plus grands films de gangsters de tous les temps, Les Affranchis raconte l’histoire de Henry Hill et deux de ses acolytes tentant de se frayer un chemin vers les sommets du crime organisé à New York.

Voici 10 histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur ce classique du cinéma.

1. Les Affranchis est basé sur le livre Wiseguy de Nicholas Pileggi (qui a lui-même co-écrit le scénario)

Le film (Goodfellas en VO) ne reprend pas le titre du livre pour ne pas créer de confusion avec la série Wiseguy (Un Flic dans la Mafia en VF) diffusée à l’époque.

image

2. Le scénario des Affranchis a oublié quelques faits d’arme du vrai Henry Hill

Basé sur une histoire vraie, le film de Martin Scorsese n’a pas pu caser tous les faits d’arme d’Henry Hill et ses acolytes, malgré ses 2h28 minutes. Le scénario oublie ainsi le trucage d’un match de basketball universitaire impliquant trois joueurs de Boston College en 1978-79. Egalement absent du film, cette fois où Henry Hill sortit pour un verre Estée Lauder, la magnate des cosmétiques, pendant que ses deux acolytes dérobait son luxueux appartement de 1 million de dollars de biens divers.

image

3. Le personnage de Joe Pesci est assez éloigné de celui qu’il est censé jouer

Renommé Tommy DeVito dans Les Affranchis, Joe Pesci incarne Thomas DeSimone, un gangster hyper violent et impulsif - ce que le film a évidemment gardé. Mais difficile d’expliquer la violence de DeSimone par “le complexe de Napoleon” comme on l’a souvent fait avec DeVito. DeSimone mesurait en effet 1,88m contre les 1,62m de Pesci.

Par ailleurs, alors que Pesci avait 47 ans dans Les Affranchis, DeSimone s’est fait liquider à l’âge de 28 ans.

image

4. Il y a 240 “fuck” de trop dans le film

Le scénario des Affranchis prévoyait l’emploi de 70 “fuck”. Mais les acteurs ayant beaucoup improvisé, en particulier Joe Pesci, le compteur est monté à 300. Ca fait des Affranchis le 10e film le plus riche en “fuck” de l’histoire, derrière d’autres films de Scorsese comme Casino et ses 422 “fuck” et Le Loup de Wall Street qui détient le record absolu avec 506.

image

5. Une des scènes les plus célèbres du film n’était pas dans le scénario

La scène dans laquelle Tommy DeVito commence un long monologue après que Henry lui a dit qu’il était “drôle” a été soufflée par Joe Pesci à Martin Scorsese. Pesci a ainsi raconté à son réalisateur pendant le tournage comment, jeune serveur, il avait eu droit aux réprimandes d’un gangster après qu’il lui a dit qu’il était “drôle”.

image

6. Il n’a fallu que huit prises pour tourner le célèbre plan-séquence à la steadi-cam du Copacabana

Une matinée et c’était bouclé !

image

7. Les parents de Martin Scorsese ont des rôles dans Les Affranchis

Il est connu que la mère de Tommy DeVito est incarnée par la mère de Martin Scorsese. Moins connu, le père du réalisateur joue le compagnon de cellule de Henry Hill, celui qui “met beaucoup trop d’oignons dans la sauce.”

image

8. SPOILER !!!! Le vrai Henry Hill ne s’est jamais fait à la vie sous protection policière

Après avoir balancé ses camarades au FBI en 1980, Henry Hill a eu droit au programme de protection des témoins, “condamné” à vivre à Omaha dans le Nebraska. Pourtant, malgré les risques, il n’a pas tardé à rejoindre ses vieilles habitudes, fréquentant les champs de courses et vendant de la drogue, "déguisé" pour passer inaperçu.

Depuis, il a largement fréquenté les évènements liés aux films, a vendu des objets collector sur un site internet, a sorti un livre de recettes et est apparu de nombreuses fois dans l’emission de radio de Howard Stern. Bref, il n’a pas vraiment fait “profil bas”.

Et contrairement à tous ses anciens collègues, il est décédé à 69 ans d'un cancer des poumons, le lendemain de son anniversaire.

image

9. Un mois avant la sortie des Affranchis est sortie la comédie Un Pourri Au Paradis qui pourrait bien être la suite comique du film de Scorsese

Un Pourri Au Paradis raconte en effet la difficulté d’un gangster (joué par Steve Martin) à s’adapter au Programme de Protection des Témoins. Le film était écrit par Nora Ephron (Nuits Blanches à Seattle) qui se trouvait être l’épouse de Nicholas Pileggi, le scénariste des Affranchis. Tu parles d’une coincidence !

image

10. Le film a failli se faire avec Tom Cruise et Madonna dans les rôles de Henry et Karen Hill

Irwin Winkler, le producteur du film, a révélé au NY Post en 2010 que Tom Cruise a été sérieusement considéré pour le rôle de Henry Hill. La productrice Barbara DeFinna, elle, a révélé que Madonna avait été considérée pour le rôle de sa femme, Karen Hill.

Mais il semble que Martin Scorsese était décidé à engager Ray Liotta, après l’avoir adoré dans le film de Jonathan Demme, Dangereuse sous tous rapports, et Lorraine Bracco, qui avait beaucoup de points communs avec son personnage.

image
image

11. Des auditions pour engager de vrais gangsters ont été organisées

Tony Sirico, qui incarne Tony Stacks dans Les Affranchis (et Paulie Gualtieri dans Les Soprano), avait alors plus de condamnations sur son casier judiciaire (28) que de rôles sur son CV (27).

Louis Eppolito, un détective de la police de New York qui incarne Fat Tony, était en fait un tueur pour la famille Lucchese, celle justement décrite dans Les Affranchis.

image

12. Les projections-test du film se sont très très mal passées

D’après le scénariste du film, il était fréquent que de nombreux spectateurs, peu habitués à un tel niveau de violence, quittent la salle très énervés. Il raconte même qu’une projection s’est si mal passée que l’équipe et lui ont dû se réfugier dans un bowling tout proche pour échapper aux spectateurs en colère.

image

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, wordpress, tumblr, tumblr

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés