12 raisons de regarder LE TROISIEME HOMME sur OCS

Posté par michael le samedi 27 janvier 2018 il y a 7 mois

1. L’histoire

Holly Martins, un écrivain raté américain, est venu retrouver son ami Harry Lime dans la Vienne dévastée de l'après-guerre. Mais celui-ci est retrouvé mort après avoir été écrasé par une voiture. Martins choisit alors de mener sa propre enquête pour démasquer les assassins de son ami. Rien ne l'a préparé à ce qu'il va découvrir...

2. Un scénario d’un des plus grands écrivains du 20e siècle

Le scénario du Troisième Homme a été écrit par l’écrivain anglais Graham Greene, considéré comme l’un des plus grands du 20e siècle et reconnu pour son style très “cinématographique” fort d’une très riche expérience “sur le terrain” (Il a été notamment espion pour le MI6 pendant la seconde guerre mondiale).

Il a d’ailleurs été très souvent adapté au cinéma, à l’image de ses romans Brighton Rock (adapté en 1947 et 2011), La Fin d’une liaison (adapté en 1955 et 1999) ou Un Américain Bien Tranquille (adapté en 1958 et 2002).

3. Un des plus grands réalisateurs anglais

Nommé trois fois à l’Oscar du meilleur réalisateur, Carol Reed est un des réalisateurs anglais les plus célébrés de l’après-guerre, en grande partie grâce à ses deux films adaptés de Graham Greene, le thriller Premières Désillusions en 1948 avec Michèle Morgan et Le Troisième Homme en 1949.

Vingt ans plus tard, il obtiendra même la fameuse statuette pour son travail sur la comédie musicale Oliver!.

4. Une mise en scène très innovante

Après avoir été inventé dans les années 20 par les réalisateurs expressionnistes allemands, Carol Reed utilise pour la première fois massivement “l’angle néerlandais” pour souligner l’isolement du personnage principal. Consistant à tourner la caméra pour faire un plan qui ne soit pas parallèle avec la ligne d’horizon, cette technique de mise en scène sera à nouveau très massivement utilisée par des réalisateurs comme Tim Burton ou Terri Gilliam.

Pour l’anecdote, il s’est dit que cette utilisation massive de ce type de plan était lié à l’addiction au speed de Carol Reed, alors sous pression pour terminer le tournage dans les temps. Après la première projection du film, son ami, le réalisateur William Wyler (Ben-Hur, Vacances Romaines), lui aurait ainsi envoyé un niveau à bulle accompagné d’une note disant “Carol, la prochaine fois que tu fais un film, mets ça au-dessus de la caméra, veux-tu ?”

5. Orson Welles

Le mystérieux Harry Lime est probablement le rôle le plus iconique du célèbre réalisateur de Citizen Kane et La Soif du Mal. Pou le célèbre critique américain Roger Ebert, c'était d'ailleurs un des plus grands méchants du cinéma.

Pour l’anecdote, ce devait être Cary Grant qui aurait dû jouer le rôle, le producteur David O. Selznick considérant Welles comme “un poison pour le box-office” après les échecs commerciaux de ses précédents films, de Citizen Kane à La Dame de Shanghaï. C’est le choix de Joseph Cotten, en contrat avec Selznick et un fréquent collaborateur de Welles (Citizen Kane, La Splendeur des Ambersons), pour jouer le rôle de Martins qui finit par convaincre le producteur.

6. Un des plus grands films de l’histoire du cinéma

Outre son Grand Prix au Festival de Cannes (l’ancêtre de la Palme d’Or), Le Troisième Homme est considéré comme le meilleur film de l’histoire du cinéma anglais par le British Film Institute. L’American Film Institute, lui, l’a placé à la 57e place de sa liste des plus grands films américains (le film est une co-production anglo-américaine).

7. La scène de poursuite dans les égouts

Vous connaissez les nombreuses poursuites en voitures mythiques de l’histoire du cinéma (Bullit, les Blues Brothers, French Connection, Police Fédérale Los Angeles etc.). Mais il y a les poursuites “à pieds”, moins nombreuses. Celle du Troisième Homme, dans les égouts de Vienne, est un classique du genre, un chef d’oeuvre de mise en scène et d’éclairage à elle toute seule.

8. Une des répliques les plus monumentales du cinéma

Même si elle n’est pas vraiment historiquement vraie, cette réplique, ajoutée dans le scénario par Orson Welles au dernier moment, reste une des plus mémorables du cinéma :

“L’Italie sous les Borgia a connu 30 ans de terreur, de meurtres, de carnage... Mais ça a donné Michel-Ange, de Vinci et la Renaissance. La Suisse a connu la fraternité, 500 ans de démocratie et de paix. Et ça a donné quoi ? ... Le coucou !”

9. La musique

Composée à la cithare autrichienne, la musique du Troisième Homme popularisa dans le monde cet instrument méconnu. Son compositeur Anton Karas était alors un inconnu total, le réalisateur Carol Reed le découvrant lors d’une soirée passée dans une taverne viennoise où jouait Karas. A la fin du tournage, le réalisateur le fit venir à Londres pour enregistrer le fameux “Harry Lime Theme” qui deviendra un gigantesque tube mondial (le thème restera 11 semaines en tête des charts américains).

10. Le film est si culte qu’un musée lui est dédié

Le tournage du Troisième Homme à Vienne a tellement marqué la ville qu’on peut désormais y trouver un musée entièrement dédié au film.

11. La fin

Outre le fait que le plan final du film est un des plus célèbres du cinéma, la résolution du mystère est aussi totalement imprévisible.

12. Les critiques (d’origine)

“C'est purement et simplement du cinéma, fruit de la collaboration de deux authentiques artistes de cinéma qu'on a laissés libres d'agir, un grand technicien, Carol Reed, un grand conteur, Graham Greene.” - France Soir

“On a rarement vu film plus diaboliquement mené, plus machiavéliquement construit et monté pour exercer sur le public le plus averti une espèce de fascination.” - Libération

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés