10 raisons de regarder LA SOIF DU MAL d’Orson Welles

Posté par michael le lundi 11 mai 2015 il y a 3 ans

1. L’histoire

Mike Vargas, un inspecteur des stups mexicains doit abandonner sa lune de miel dans une petite ville à la frontière américaine quand une bombe cachée dans une voiture explose et tue son occupant, un riche promoteur immobilier. Il est alors le premier sur les lieux, bientôt suivi par le capitaine de la police locale, Hank Quinlan. Mais l’opposition des leurs deux styles va mettre en danger plus que leur propre vie.

image

2. Orson Welles le réalisateur

Il se murmure que Orson Welles, le réalisateur de Citizen Kane (considéré comme le plus grand film de tous les temps) aurait accepté de réaliser La Soif Du Mal, un scénario adapté d’un roman de gare, uniquement pour prouver qu’il était capable de réaliser un grand film à partir du plus mauvais des scénarios. Le réalisateur était en effet, à la fin des années 50, très mal perçu à Hollywood où, malgré son statut, il travaille de façon très précaire sur des téléfilms ou des adaptations de pièces comme Othello ou Macbeth.

image

3. Orson Welles l’acteur

Comme à son habitude, Orson Welles aime jouer dans ses films en se métamorphosant. Dans La Soif Du Mal, il se donne ainsi le rôle de Harry Quinlan, le flic obèse et boiteux à la mine patibulaire, donnant naissance à un des personnages les plus troubles de l’histoire du cinéma.

image

4. Charlton Heston

L’acteur, tout auréolé du succès phénomène des Dix Commandements, est celui qui permettra à Orson Welles de réaliser La Soif Du Mal après avoir appris que ce dernier était envisagé pour le rôle de Quinlan. C’est aussi lui, sur le tournage, qui fera le barrage entre Welles et le studio Universal.

image

5. Un film méprisé à sa sortie...

Espérant relancer sa carrière avec La Soif Du Mal, Orson Welles tombe de haut quand les studios Universal décident finalement de remonter sa version initiale de 98 minutes pour le sortir dans un “double-programme” accompagné du plus attractif Femmes Devant Le Désir avec Hedy Lamarr (un film réalisé par Harry Keller, celui qui avait été engagé pour tourner de nouvelles scènes de La Soif Du Mal). Le film a évidemment fait un flop.

image

6. ...mais réhabilité par la critique française

Malgré tout, La Soif Du Mal trouve un écho très positif en Europe, notamment auprès de François Truffaut.

Par ailleurs, le film connut un nouveau souffle dans les années 90. En 1993, le film est introduit à la Bibliothèque du Congrès américain pour son apport “culturel, historique et esthétique” au cinéma. En 1998, le film ressort sur les écrans après que le monteur Walter Murch, oscarisé pour Apocalypse Now, remonta le film grâce aux 58 pages de notes laissées (à l’époque) par Orson Welles aux studios Universal.

image

7. Un des plus grands plans-séquences de l’histoire du cinéma

La Soif du Mal s’ouvre sur un plan-séquence de 3 minutes et 20 secondes, considéré comme un des plus grands et beaux plans de ce genre de l’histoire du cinéma.

image

8. Le dernier film noir classique

La Soif du Mal est considéré comme le dernier film noir classique, celui né pendant la seconde guerre mondiale, un genre qui vécut ses plus belles heures grâce à des films comme Le Faucon Maltais (1941), Assurance sur la mort (1944), Laura (1944), Key Largo (1948) ou Sunset Blvd. (1950).

image

9. Un des derniers grands films de Marlene Dietrich

Victime du maccarthysme dans les années 50, la légendaire Marlene Dietrich tourne peu durant cette période, se consacrant davantage à la chanson. Mais pour le plaisir de tourner avec Orson Welles, elle accepta, à titre gracieux, un rôle secondaire dans La Soif Du Mal. Ce sera son avant-dernière fois au cinéma.

Le réalisateur Peter Bogdanovich dira de Dietrich dans La Soif du Mal qu’elle transcende littéralement le rôle pour devenir une quasi-figure mythique.

image

10. Les critiques

“Une œuvre-témoin à ne pas rater, et du grand cinéma.” - Libération (1998)

“Un grand film, peut-être ; un film qui ne cesse de fasciner, certainement.” - Positif (1975)

“Un chef d'œuvre bouleversant.” - Télérama (1984)

“C'est Welles lui-même (…) qui interprète le rôle du policier. Il s'en donne à cœur joie. Il est "énorme" dans tous les sens du mot. A ses côtés, Charlton Heston, Janet Leigh et surtout Akim Tamiroff sont excellents.” - Le Monde (1959)

image

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, collider

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés