9 preuves que JOHN CARTER a influencé toute la science-fiction moderne

Posté par michael le mardi 28 février 2017 il y a 11 mois

John Carter est l’adaptation d’une série de nouvelles écrites par Edgar Rice Burroughs, l’inventeur de Tarzan, et publiées en 1912. Depuis 100 ans, son histoire de vétéran de la guerre civile américaine transporté sur une version fictive de Mars appelée Barsoom a inspiré tous les auteurs de science-fiction, de George Lucas à James Cameron. La preuve par neuf.

1. L’histoire d’amour intersidérale

Comme dans Star Trek et surtout Avatar, l’humain John Carter tombe amoureux de la belle princesse extra-terrestre Dejah Thoris, le tout sur fond d'une guerre qui les empêche de vivre leur amour pleinement.

image

image

2. Le western de l’espace

Avant Joss Whedon et sa série Firefly (et son film Serenity), Edgar Rice Burroughs a été le premier à intégrer des éléments de western dans son histoire intersidérale. D’abord via son héros, John Carter, ancien soldat confédéré se dirigeant vers l’ouest pour y trouver de l’or. Ensuite via la planète Barsoom, ses paysages désertiques, et ses habitants rappelant les indiens que connaît bien John Carter sur la Planète Terre.

image

image

3. Le super-héros

Comme Superman (inventé en 1938) obtenant ses super-pouvoirs grâce à la force de gravité différente entre sa planète Krypton et la Terre, John Carter, une fois sur Barsoom, obtient le super-pouvoir de faire de gigantesques bonds grâce à la différence de force de gravité entre la Terre et Barsoom.

Jerry Siegel, le co-créateur de Superman, ne s’est jamais caché qu’il s’était inspiré de John Carter pour son héros.

image

4. Les créatures humanoïdes

Avant Star Trek, Star WarsAvatar et bien d’autres, c’est John Carter qui a popularisé l’idée, dans la science-fiction, que les “martiens” avaient les mêmes caractéristiques physiques (en plus nombreuses ou imposantes) qu’un être humain. Les “martiens verts” (les Tharks) dans John Carter sont par exemple des créatures avec des jambes, des bras, une bouche, des yeux etc. Ils mesurent seulement deux fois la taille d’un humain et ont quatre bras !

Quant aux “martiens rouges” (dont est issue Dejah Thoris), la seule caractéristique qui les sépare des êtres humains est leur peau rouge.

5. Le combat dans l’arène

Comme dans Star Wars Episode VI : Le Retour du Jedi ou plus encore dans Star Wars Episode 2 : l’attaque des clones, John Carter est emmené dans une arène où il va devoir combattre des monstres pour l’amusement de la population locale.

image

6. Le choc des cultures

Comme Buck Rogers (également un vétéran de guerre) et Flash Gordon, deux héros nés dans les années 30, John Carter repose sur le scénario (devenu classique) du héros transporté sur une planète qui lui est inconnue et dont il a tout à apprendre.

Pour l’anecdote, c’est l’impossibilité de réaliser un film sur Flash Gordon (à cause de problèmes de droits) qui a conduit George Lucas à découvrir John Carter et à s’en inspirer pour créer Star Wars.

7. Le moyen de transport

Quand John Carter voyage sur Mars, son vrai corps reste sur Terre. C’est sa projection astrale qui voyage. Une idée réminiscente de 2001 : L’Odyssée de l’espace dans lequel l’astronaute Dave Bowman devient l’immortel “Star-Child” en abandonnant son corps pour vivre et voyager à travers l’espace.

Arthur C. Clarke, l’auteur de 2001: L’Odyssée de l’espace a d’ailleurs déclaré que c’est le travail de Edgar Rice Burroughs sur les aventures de John Carter qui l’a poussé à commencer à écrire.

Evidemment, cette idée de quitter son corps pour vivre parmi les extra-terrestres a également été utilisé par James Cameron pour Avatar.

image

8. Le combat pour les aliens

Ce n’est d’ailleurs pas la seule chose qu’a emprunté James Cameron à Edgar Rice Burroughs et son John Carter. Comme dans Avatar, John Carter raconte l’histoire d’une race extra-terrestre tentant de survivre sur une planète menacée de destruction par l’appauvrissement des ressources naturelles, et le combat du héros humain au côté des extra-terrestres pour la sauver.

A longueur d’interviews, James Cameron a d’ailleurs toujours revendiqué fièrement l’héritage de John Carter sur son film.

image

9. La princesse comme figure de la rébellion face à un empereur avide de pouvoir

Dans John Carter, c’est la princesse Dejah Thoris qui mène la rebellion pour sauver son peuple contre un empereur avide de pouvoir, rappelant inévitablement la Princesse Leia de Star Wars (et éventuellement sa mère Padmé). Il y a aussi une très forte ressemblance entre le costume hyper sexy de Leia dans Le Retour Du Jedi et celui de Dejah Thoris dans John Carter (même si dans les nouvelles de Burroughs, cette dernière n’est censée porter que “des bijoux”).

image

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés