10 raisons de regarder COPLAND

Posté par michael le jeudi 30 novembre 2017 il y a 3 jours

1. L’histoire

Freddy Heflin est le shérif d’une petite ville du New Jersey où vit une large communauté de flics de New York. A moitié sourd, il n’a jamais réussi à devenir inspecteur et idolâtre les grands flics de la ville. Mais la visite d’un inspecteur de la Police des Polices va obliger Freddy à remettre en question ses idoles aux pieds d’argile.

image

2. James Mangold derrière la caméra

Après l’acclamé mais peu vu Heavy, prix spécial du Jury au Festival de Sundance, Cop Land marque l’entrée dans la cours de grands pour James Mangold, un des réalisateurs les plus versatiles du cinéma américain de ces dernières années.

En effet, après le polar Cop Land, il enchaînera sur le teen-movie Une Vie Volée, puis sur la comédie romantique Kate & Leopold, le thriller Identity, le biopic de Johnny Cash Walk The Line, le western 3H10 pour Yuma avec Christian Bale et Russell Crowe, le film d’action Night & Day avec Tom Cruise puis le film de super-héros Wolverine. Vous avez dit éclectique ?

image

3. La transformation de Sylvester Stallone

Il était loin d’être le premier choix de James Mangold pour tenir le rôle de Freddy Heflin. A vrai dire, le réalisateur ne voulait pas entendre parler de la star, effrayé par sa stature de “sauveur du monde” et par son égo. Car à l’époque, Stallone est redevenue une méga-star grâce au succès de Cliffhanger quelques années plus tôt. Mais les bides successifs de Assassin(s)Judge Dredd ou L’Expert n’annonçaient rien de bon pour le reste de sa carrière.

Stallone était donc déterminé à trouver un rôle qui lui permettrait de montrer qu’il n’était pas seulement un “sauveur du monde”, un rôle qui rappellerait aux gens qu’il était toujours le petit gars du peuple du premier Rocky. C’est pourquoi Mangold a fini par accepter d’embaucher Stallone qui s’est engagé à faire tout ce qu’on lui demanderait, comme si c’était son premier film. Et parmi ces demandes, il y avait la prise de poids massive. C’est donc 20kg que Sly prit pour le rôle. Un engagement qui ne s'est pas arrêté là, la star ayant même été jusqu’à abandonner son salaire et à financer en partie le film.

image

4. Une des plus grandes performances de Sylvester Stallone

Plus de 20 ans après Rocky, Stallone livre une de ses prestations les plus intenses et émouvantes dans le rôle d’un homme brisé et fragile. Il obtiendra d’ailleurs le prix du meilleur acteur au Festival de Stockholm.

Mais bizarrement, quelques années plus tard, l’acteur accusera Cop Land d'avoir compromis sa carrière pendant huit ans. Selon lui, après le film, les producteurs ont arrêté de lui proposer des films d’action pensant qu’il préférait désormais faire des films plus “cérébraux”.

image

5. Le New Jersey

Deux ans avant Les Soprano, Cop Land prend racine dans cet état ouvrier si emblématique aux portes de New York, un état où James Mangold a grandi. Cop Land est d’ailleurs basé sur sa ville natale de Washingtonville.

image

6. Les chansons de Bruce Springsteen

Autre natif du New Jersey, Bruce Springsteen a prêté deux de ses chansons pour le film : Drive All Night et Stolen Car, toutes deux issues de l’album  The River.

image

7. Un grand polar âpre

Dans la veine des polars à hauteur d’homme des années 70 comme Serpico, Cop Land est une violente et âpre plongée dans les arcanes de la police de New York. James Mangold apporte en effet un regard très sombre sur ces flics corrompus.

image

8. Un vrai casting de gueules

Harvey Keitel, Ray Liotta, Robert Patrick, Michael Rapaport, Peter Berg, Cop Land est plein de ses gueules chères au cinéma américain des années 90.

image

9. Un des derniers grands polars de Robert De Niro

Après un début de décennie 90 placé sous de bons auspices avec des films comme Les Affranchis, Les Nerfs à Vif, Backdraft, Heat, Casino, Des Hommes d’influence, Jackie Brown, Robert De Niro s’est laissé aller, juste après Cop Land, à enchaîner pas mal de nanars dans les années 2000 et 2010.

image

10. La touche Miramax

Produit par la société Miramax, Cop Land, avec son casting de gueules chers à Quentin Tarantino et un rôle de la rédemption pour Stallone (après celui de John Travolta), devait être “le nouveau Pulp Fiction”. Sans atteindre le niveau de culte du film Tarantino, Cop Land s’inscrit toutefois dans la veine des polars indépendants popularisés par la société de production dans les années 90, des films comme The Yards, The Glass Shield, Les Joueurs, Fresh ou Dernières Heures à Denver.

image

Sources Images : toutleciné, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés