10 histoires incroyables sur LE CORNIAUD

Posté par michael le dimanche 2 novembre 2014 il y a 1 an

Dans Le Corniaud, Saroyan, un trafiquant, utilise un honnête commerçant, Antoine Maréchal, pour emmener de Naples à Bordeaux une Cadillac remplie d'héroïne.

Voici 10 histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur le film avec Louis De Funès et Bourvil.

1. Le Corniaud est inspiré d'un fait divers

Il a impliqué le présentateur télé, Jacques Angelvin, qui fut arrêté aux Etats-Unis en 1962 au volant d'une Buick avec 50 kg d'héroïne à bord. Le présentateur de Paris-Club, émission culturelle de la mi-journée, fut condamné à 5 ans de prison après avoir été reconnu coupable d'avoir touché 10 000 dollars pour transporter la drogue de Marseille à New York. Cette arrestation est une des nombreuses ayant eu lieu dans le cadre du démantèlement de la French Connection qui a, plus tard, inspiré le film du même nom avec Gene Hackman.

image

2. Louis De Funès a fait grève sur le tournage

Gérard Oury, le réalisateur, a avoué dans ses mémoires que De Funès, grisé par le succès du Gendarme de Saint-Tropez (sorti pendant le tournage), trouvait qu'on ne le voyait pas assez à l'écran sur les rushes des deux premières semaines de tournage. Par conséquent, l'acteur a décidé de faire une "grève du masque" (soit arrêter de faire ses mimiques) pendant 24 heures.

image

3. La scène la plus culte du film est le résultat de cette grève

Pour satisfaire l'acteur, le réalisateur inventa donc une scène pas prévue au scénario dans laquelle De Funès pourrait s'en donner à coeur joie. Cette scène, c'est celle de la douche avec le bodybuilder - scène qui deviendra une des plus célèbres du film !

image

4. Cette scène de la douche a été inspirée à Gérard Oury par un couple homosexuel rencontré à Capri en Italie

Dans ses mémoires, il raconte : "J'avais rencontré à Capri un couple étrange, lui : un homo maigrichon américain, ridaillé mais milliardaire, elle : un colossal biquet français culturiste ! L'opposition physique entre ces deux êtres dépassait les limites de la bouffonnerie."

image

5. Le cachet versé à Bourvil pour le film est trois fois plus important que celui de De Funès qui n'était pas, au moment du tournage, la star que l'on connaît

image

6. A cause du mauvais temps en Italie, le budget du film a presque doublé, mettant le producteur du film, Robert Dorfmann, au bord de la faillite

image

7. Outre Le Corniaud et 11,7 millions d'entrées, Louis De Funès a tourné en 1964  ce qui allait devenir deux autres énormes succès au box-office : Le Gendarme de Saint-Tropez (7,8 millions d'entrées) et Fantômas (4,5 millions d'entrées).

Alors qu'il était essentiellement un second rôle un an auparavant, Louis De Funès est, devenu, un an plus tard, l'acteur le mieux payé d'Europe !

image

8. Bourvil a improvisé sa célèbre réplique "Elle va marcher beaucoup moins bien forcément", provoquant un fou-rire incontrôlable à De Funès.

image

9. Pendant le Festival de Cannes en 1965, des producteurs américains ont proposé à Gérard Oury de produire un remake avec Dean Martin et Jack Lemmon.

Malgré "un budget doublé, des salaires versés sur des comptes en Suisse et la promesse de faire deux autres films dans les cinq ans", Oury et son producteur ont refusé.

image

10. C'est sur le tournage du Corniaud que Gérard Oury évoque pour la première fois son scénario de La Grande Vadrouille avec Bourvil et De Funès.

Et si Le Corniaud a été un succès colossal, ce n'est rien à côté de La Grande Vadrouille qui attirera près de 34% de la population française en salles, devenant pendant plus de 30 ans le plus gros succès en salles d'un film toutes nationalités confondues.

image

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés