9 histoires incroyables sur POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS

Posté par michael le dimanche 10 décembre 2017 il y a 1 mois

Dans Pour Une Poignée de Dollars, la lutte de deux bandes rivales pour obtenir la domination de la ville de San Miguel, au sud de la frontière americano-mexicaine, va être troublée par l'arrivé d'un mystérieux étranger "sans nom" vêtu d'un poncho.

1. Pour Une Poignée de Dollars est le premier western de Sergio Leone

Après plusieurs péplums, le réalisateur italien a l'idée, au début des années 60, de faire revivre le western qui commence à tomber en désuétude aux Etats-Unis à force de clichés. Convaincu qu'il y a encore un marché en Europe, il veut appliquer les recettes du réalisme du cinéma italien au genre.

Le sous-genre dit du "western spaghetti" était né, influençant des centaines de films au cours des années 60.

image

2. Pour Une Poignée de Dollars est le premier film de la trilogie dite "du dollar"

Il enchaînera l'année suivante avec Pour Quelques Dollars de Plus, suivi en 1966 par Le Bon La Brute et Le Truand. Les trois films sont centrés sur le personnage de "l'homme sans nom" incarné par Clint Eastwood.

image

image

image

3. Clint Eastwood était très très loin d'être le premier choix de Sergio Leone pour incarner "L'homme sans nom"

A l'origine, Sergio Leone voulait Henry Fonda mais le budget n'était pas suffisant pour engager une énorme star d'Hollywood comme lui. Il s'est ensuite tourné vers Charles Bronson qui a décliné l'offre, trouvant le scénario "mauvais". Ironiquement, les deux tourneront, quatre ans plus tard, pour Leone dans Il Etait Une Fois Dans l'Ouest.

Leone se tourna alors vers Richard Harrison qui venait de tourner dans le tout premier western italien, Duel Au Texas. Ce dernier, dont l'expérience ne lui avait pas beaucoup plu, déclina mais recommanda Clint Eastwood qui jouait alors dans la série télé western Rawhide.

Clint Eastwood, fatigué de jouer le "gentil cowboy" et désireux de jouer les anti-héros, a accepté. Le reste appartient à l'histoire !

image

image

4. Clint Eastwood a beaucoup contribué à forger le look de "L'Homme Sans Nom"

Si le célèbre poncho espagnol est l'idée de Sergio Leone et son chef des costumes, c'est Clint Eastwood qui acheta lui-même le jean noir, le chapeau et les fameux cigares (malgré le fait qu'il était non fumeur). Il emprunta également le Colt à manche de Cobra à la série Rawhide.

Sergio Leone a un jour commenté : "Plus qu'un acteur, j'avais besoin d'un masque  et, Eastwood, à l'époque, avait seulement deux expressions : avec un chapeau et sans chapeau."

image

image

5. Sergio Leone ne parlant alors pas anglais, c'est un cascadeur qui se chargeait de traduire les instructions à Eastwood.

Pour ce qui était des dialogues, pas trop de problèmes. Comme beaucoup de films à l'époque, le film était tourné sans le son qui était rajouté en post-production.

image

6. Remake non officiel du Garde du Corps de Akira Kurosawa, Pour Une Poignée de Dollars a valu un procès à Sergio Leone.

Le réalisateur japonais déclara : "C'est un bon film mais c'est MON film." Il porta donc plainte, récoltant 15% des recettes mondiales du film.

Pour sa défense, Leone argua que le film empruntait autant au Garde du Corps qu'au roman de Dashiell Hammett, La Moisson Rouge (1929), et qu'à la pièce de Carlo Goldoni, Arlequin Valet de deux Maîtres (1745). Il alla jusqu'à plaider que Kurosawa lui-même avait été influencé par La Moisson Rouge pour Le Garde du Corps.

image

7. Pour Une Poignée de Dollars marque la première collaboration de Sergio Leone et le compositeur Ennio Morricone.

Morricone composera ensuite la musique de l'intégralité des films de Leone.

image

image

image

image

8. Quand le film est sorti aux Etats-Unis, Sergio Leone et Ennio Morricone ont dissimulé leur nom trop "italien" pour être crédité sous des pseudos plus anglo-saxons.

Pour Sergio Leone, il s'agissait de Bob Robertson. Pour Ennio Morricone, ce fut Dan Savio.

L'acteur Gian Maria Volonté utilisera le pseudo de John Wells.

image

image

image

image

image

9. Lors de sa première diffusion à la télé américaine, la chaîne ABC a tourné un prologue réalisé par Monte Hellman (futur réalisateur du culte Macadam à deux Voies en 1971) pour justifier auprès du public américain le comportement amoral de "L'Homme Sans Nom".

Dans ce prologue, un homme de loi incarné par l'acteur Harry Dean Stanton (AlienParis, Texas...) demande à "L'Homme sans nom" de se débarrasser des gangs de San Miguel en l'échange d'une grâce.

Ni Sergio Leone, ni Clint Eastwood n'ont été impliqués dans ce prologue qui utilise des jeux d'ombres et des rushs pour faire croire à la présence de Eastwood dans les plans.

image

 

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés