10 raisons de regarder LE MAGNIFIQUE

Posté par michael le lundi 14 juillet 2014 il y a 7 mois

1. L'histoire

Un modeste écrivain tente d'achever le dernier épisode des extraordinaires aventures de Bob Sinclar, le héros qu'il a créé, celui d'un agent secret invincible, en prêtant à ses personnages les traits de ceux qu'il côtoie dans la réalité.

image

2. Jean-Paul Belmondo

Quand il tourne Le Magnifique, Bebel est au sommet de sa gloire et de sa beaugossitude. Il vient de tourner sous la direction de François Truffaut dans La Sirène du Mississipi et dans Borsalino avec Alain Delon et il s'apprête à tourner Peur sur la ville et L'Incorrigible.

image

3. Les cascades

Comme à son habitude, Bebel réalise les cascades lui-mêmes. Mais alors qu'il s'en sortait à peu près sans grands dommages sur ses précédents films (une entorse, par exemple, pendant L'Homme de Rio), sur le tournage du Magnifique, il se fait une foulure d'articulation gauche, une élongation du tendon, il a les ligaments de la cheville arrachés, une jambe plâtrée et 12 jours d'immobilité après avoir sauté d'une voiture en marche.

image

4. Philipe de Broca

C’est la quatrième collaboration du réalisateur avec Jean-Paul Belmondo, son acteur fétiche. De Broca avait en effet connu son premier gros succès populaire avec l’acteur dans Cartouche en 1961 puis dans L'Homme de Rio en 1964 et Les tribulations d’un Chinois en Chine en 1965. Se spécialisant dans les grands films d’aventure mêlant rythme trépidant, fantaisie et exotisme, ils remettront ça avec L’Incorrigible en 1975 et Amazone en 2000.

image

5. Un gros succès populaire

Le film a attiré plus de 2,8 millions de spectateurs à sa sortie en 1973.

image

6. Jacqueline Bisset

Après une carrière riche à Hollywood (Bullit avec Steve McQueen, Airport avec Dean Martin, Le Detective avec Frank Sinatra...), en cette année 1973, la franco-britannique Jacqueline Bisset tourne à la fois pour l'icône du cinéma d'auteur à la française, François Truffaut, dans La Nuit Américaine, et pour l'icône du cinéma commercial à la française, Philipe De Broca, dans Le Magnifique, devenant alors elle-même une véritable icône (et sex-symbol) des années 70.

image

7. Un scénario (presque) signé Francis Veber.

Le film présente une particularité : aucun scénariste n'est mentionné, ni au générique de début ni dans celui de fin. Philippe de Broca expliquera plus tard que les auteurs du scénario sont Francis Veber et lui-même.

Mais il raconta qu'un désaccord est intervenu entre eux deux concernant le rôle féminin principal (incarné par Jacqueline Bisset). De Broca voulait l'étoffer, contrairement à Veber.

Ils firent donc appel à Jean-Paul Rappeneau (qui avait précédemment écrit L'Homme de Rio), pour démêler l'affaire. Ce dernier trancha alors qu'il fallait enrichir le rôle principal féminin.

À la première vision du film monté, Veber aurait signalé qu'il ne signerait pas ce film.

La version de Francis Veber est qu'une « totale incompatibilité d'humour » aurait vite rendu impossible la collaboration entre De Broca et lui, au stade de l'écriture : selon lui, De Broca aurait ensuite, sans l'avertir, fait appel à Daniel Boulanger (dialoguiste sur Cartouche, L'Homme de Rio, Tribulations d'un Chinois en Chine...) pour réécrire le scénario.

Veber se serait alors trouvé évincé du film alors que le projet lui était cher (il avait écrit la toute première version du scénario intitulé Raconte-Moi Une Histoire) et aurait refusé que son nom soit présent au générique.

image

8. Le titre anglais du film

En Angleterre, le film a été retitré "How To Destroy The Reputation Of The Greatest Secret Agent" - littéralement "Comment détruire la réputation du plus célèbre des agents secrets" - d'après le titre du film pendant le tournage.

image

9. Un film culte à Hollywood

Entre 1974 et 1989, au tout début de la télévision par câble aux Etats-Unis, une petite chaîne, Z Channel, qui n'émettait que dans certains quartiers de Los Angeles, se fit une spécialité des films rares.

Regarder par tous les grands auteurs d'Hollywood (et certains en devenir comme Quentin Tarantino), Z Channel était programmé par un inconditionnel de Jacqueline Bisset et en particulier de Jacqueline Bisset dans Le Magnifique. Au début des années 80, le film a alors été massivement diffusé, le faisant connaître de toute une génération de cinéastes et cinéphiles d'Hollywood - en particulier de Quentin Tarantino qui cite régulièrement le film.

image

10. L'inspiration d'un célèbre DJ français

Bob Sinclar, c'est le nom de l'agent secret dans Le Magnifique, et bien sûr le nom du DJ français qui samplait le film pour l'intro de son premier album Paradise en 1998.

image

 

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés