11 histoires incroyables sur BRIDGET JONES

Posté par michael le jeudi 13 octobre 2016 il y a 1 an

Allez, avouez, vous vous identifiez !

Voici onze histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur la célibataire la plus attachante du monde !

1. Bridget Jones est née comme un alter-ego “de fiction” à Helen Fielding, l’auteure du roman

Dans la préface du Journal de Bridget Jones, Helen Fielding écrit : “The Independent m’a demandé d’écrire des articles à la première personne sur la vie de célibataire à Londres. Même si j’avais besoin de l’argent, l’idée d’écrire les articles de mon point de vue à la première personne me semblait terriblement embarrassante. J’ai donc proposé d’écrire un article anonyme en utilisant un personnage de fiction exagéré et comique. Je m’imaginais que personne ne les lirait et qu’on me dirait d’arrêter au bout de six semaines car trop bête.”

2. Plusieurs personnages sont largement inspirés de l’entourage de Helen Fielding

C’est notamment le cas du personnage de Jude qui est basé sur Tracey MacLeod. Elle a raconté au Evening Standard en 2001 ne s’en être rendu compte qu’à la fête de lancement du livre : “à la fête de lancement du premier livre, un ami marié m’a pris à part en me demandant ce que ça faisait d’être Jude. J’était scandalisée. Bien sûr que je n’étais pas Jude, avec ses livres de bien-être et son horrible petit-ami. Mon petit-ami n’avait rien de Vile Richard... Mais à force (...) j’ai commencé à secrètement aimé l’idée.”

La réalisatrice du premier film, Sharon Maguire, qui a eu le job grâce au lobby de son ami Fielding auprès des producteurs, a servi de modèle pour le personnage de Shazzer.

3. Le Journal de Bridget Jones emprunte une grande partie de son intrigue à Orgueil et Préjugés de Jane Austen

Et Helen Fielding ne s’en est jamais cachée, y compris dans le dossier de presse du film : “Les intrigues de Jane Austen sont très bonnes. Ca fait des siècles qu’elles sont testées par le marché. J’ai donc simplement décidé de voler l’une d’elle.  Je me suis dit qu’elle ne m’en voudrait pas. De toute façon, elle est morte.”

D’ailleurs, le personnage de Colin Firth, Mark Darcy, est une directe référence au Mr Darcy de Orgueil et Préjugés. Ayant le béguin pour l’acteur depuis qu’il a joué le personnage dans un célèbre téléfilm de la BBC, elle le voulait absolument pour le rôle. L’auteur du téléfilm, Andrew Davies, a d’ailleurs participé à l’écriture du film.

Autre référence : la maison d’édition dans laquelle travaille Bridget, Pemberley Press est aussi le nom de la résidence de Mr Darcy dans Orgueil et Préjugés.

jim

4. L’Américaine Renée Zellweger n’était pas le premier choix

Les producteurs auraient aimé l’australienne Toni Collette (Muriel) qui a décliné car elle jouait “The Wild Party” à Broadway. Ils ont ensuite envisagé l’anglaise Kate Winslet qu’ils jugèrent finalement trop jeune pour le rôle (elle avait 24 ans). Rachel Weisz fut elle jugée “trop belle”.

5. Hugh Grant n’avait pas très envie d’incarner Daniel

Comme il le raconte à Cinema.com : “J’ai mis beaucoup de temps à accepter le rôle car, pendant longtemps, je pensais que le scénario n’était pas bon. Je n’arrêtais pas de leur dire que ça ne fonctionnait pas en leur disant d’engager Richard Curtis (scénariste de 4 Mariages et un enterrement et futur réalisateur de Love Actually, NDLR) pour aider à la réécriture. Ils l’ont finalement fait et dès que Richard a été engagé, j’ai signé.”

6. La scène de bagarre entre Hugh Grant et Colin Firth n’est pas chorégraphiée

Colin Firth a raconté à Buzzfeed : “J’ai juste dit aux cascadeurs que notre dernière bagarre devait remonter à la cour de recrée quand nous avions 7 ans. Donc, la bagarre que nous aurions aujourd’hui ressemblerait probablement à la même chose. Nous sommes deux personnes très très très en colère et très effrayées qui voulons blesser l’autre sans nous blesser nous-mêmes. Donc la bagarre n’était pas chorégraphiée. C’était juste Hugh et moi en train de nous battre comme si nous le devions le faire dans la vraie vie.”

Les cascadeurs ne sont donc intervenues qu’au moment où les deux personnages passent par la fenêtre du restaurant grecque !

  

  

7. Renée Zellweger a pris 7 kilos pour le rôle

Dans le Guardian, la  costumière du film raconte que l’actrice, habituellement très menue, n’arrêtait pas de dire “je suis grosse ! je suis grosse” en comparant son ventre à celui de Helen Fielding alors enceinte de 8 mois. A l’époque de la sortie du film, une rumeur circula même sur le fait que le magazine Harper’s Bazaar avait refusé une couverture à l’actrice parce qu’elle était encore trop grosse.

8. Renée Zellweger s’est impliquée à 100% dans la préparation du rôle

Pas forcément évidemment pour une pure texane de passer pour une journaliste londonienne. Pour préparer le rôle, l’actrice s’est donc fait passer, pendant trois semaines, pour une stagiaire de la maison d’édition Picador à Londres (celle qui publia le livre Bridget Jones). Son nom : Bridget Cavendish (du nom d’un ami du Président de la société, dont elle serait la soeur). Sa “maîtresse de stage” a raconté toute l’expérience au Guardian (à lire en anglais), notamment l’histoire de la photo de Jim Carrey (le petit-ami de l’actrice à l’époque) qu’elle gardait en permanence sur son bureau et la faisait passer pour une fan obsessionnelle.

9. Renée Zellweger n’a jamais arrêté de parler avec l’accent britannique de toute la préparation et tournage du film

Comme l’a raconté Hugh Grant à Cinema.com : “Pas une seule fois, elle a arrêtée de parler avec cet accent avant la fête de fin de tournage. Quand soudainement cet accent texan bizarre est apparu, j’ai voulu appeler la sécurité car je n’avais aucune putain d’idée de qui était cette femme !”

Pour l’anecdote, Zellweger a travaillé son accent britannique avec la même coach qui l’avait appris à Gwyneth Paltrow pour Shakespeare In Love, rôle qui avait valu à l’actrice un Oscar.

10. Les ventes de Chardonnay ont fortement baissé après la sortie du film

L’année qui a suivi la sortie du journal de Bridget Jones, les ventes de Chardonnay, le vin préféré des Anglais, ont chuté de 7,5 millions de bouteilles. Des experts du vin pensent que l’association que fait le film du vin avec la vie misérable de Bridget au début du film explique cette baisse.

11. Dans Bridget Jones’s Baby, il y a une référence à un des tous premiers films de Renée Zellweger

Dans le film, Bridget se promène toute nue avec juste un tablier orange. C’est une référence à une scène similaire du film culte Empire Records, sorti en 1995. A Buzzfeed, elle a dit qu’elle n’avait même pas fait le rapprochement avant que la journaliste lui signale !

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés