10 histoires incroyables sur BASIC INSTINCT

Posté par michael le dimanche 31 juillet 2016 il y a 9 mois

Basic Instinct raconte l'enquête de Nick Curran (Michael Douglais), inspecteur de Police à San Francisco, sur le meurtre d'une rock star tuée avec un pic à glace pendant qu'il faisait l'amour. Il est rapidement mis sur la voie de Catherine Trammel (Sharon Stone), une romancière, ex-petite ami de la victime, qui a justement décrit dans un de ses livres le mode opératoire du meurtre.

Voici 10 histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur le thriller érotique culte de Paul Verhoeven qui a fait de Sharon Stone une star mondiale.

1. Le personnage de Michael Douglas est basé sur une vraie personne

Le scénariste Joe Eszterhas, qui était auparavant reporter auprès de la police pour un journal de Cleveland, a raconté au magazine Nerve : “J’ai rencontré un flic qui aimait juste trop l’action. Il était toujours au milieu des fusillades. D’un côté, c’était un super flic mais, de l’autre, tu te demandais s’il n’aimait pas trop ça. C’est ce que fait Nick Curran dans Basic Instinct. Comme Catherine dit dans le film, il s’est approché trop près de la flamme. Il adorait la flamme.”

2. Le personnage de Sharon Stone est aussi basé sur une vraie personne

Le scénariste Joe Eszterhas raconte au magazine Nerve : “Quand j’avais pas loin de 30 ans, à Dayton, Ohio, j’ai ramené une jeune strip-teaseuse à mon hôtel et nous avons fait ce pourquoi nous étions là. Après ça, elle a pris son sac à main, en a sorti un pistolet et l’a pointé sur moi. Elle m’a dit : ‘donne-moi une raison de ne pas appuyer sur la gâchette.’ Je lui ai dit que je n’avais rien fait pour la blesser, qu’elle voulait venir ici et que, autant que je sache, elle avait apprécié ce que nous avions fait. Et elle m’a dit : ‘Mais c’est tout ce que les types ont toujours voulu faire avec moi et je suis fatiguée.’ Nous avons eu une longue discussion avant qu’elle pose son pistolet.”

3. Le scénario de Joe Eszterhas s’est vendu pour la somme record de 3 millions de dollars

C’était l’époque où Hollywood produisait essentiellement des films avec des histoires originales qui n’étaient pas des adaptations de comic-books/romans etc. Le scénariste était déjà habitué à battre des records en vendant ses scénarios. En 1987, il gagna 1,25 millions de dollars avec le script de Big Shots. Après que Shane Black a battu son record en vendant 1,75 millions de dollars le scénario du Dernier Samaritain, il répliqua avec le scénario de Basic Instinct en doublant la mise ! Il a mis seulement 13 jours à l’écrire.

4. La version américaine du film comporte 40 secondes en moins

Le film a en effet récolté une interdiction stricte aux moins de 18 (NC-17). Mais le contrat de Paul Verhoeven impliquait que le film soit interdit aux moins de 17 ans non accompagnés (R). Le réalisateur a donc fait huit aller-retour avec l’organisme de censure américain pour obtenir la classification. Il a raconté au New York Times : “en fait, je n’ai pas eu beaucoup de coupes à faire mais j’ai remplacé des choses par d’autres angles. Je les ai rendu plus elliptiques, un peu moins directs.” Dans la version européenne, le film est plus conforme à la première vision du réalisateur.

Reste que Basic Instinct, malgré ses très nombreuses scènes de sexe, a bénéficié de quelques passe-droit liés à sa nature de thriller, comme Verhoeven le racontait à Rolling Stone : “Comme c’était un thriller, l’idée que Sharon Stone pouvait tuer pendant le sexe a toujours été un élément de protection. On pouvait donc montrer du sexe et de la nudité plus longtemps qu’à l’accoutumée. Car il y avait une autre élément, l’élément de la menace.”

5. L’iconique scène du croisement de jambes n’était pas dans le scénario

Comme Joe Eszterhas le raconte dans ses mémoires : “Paul Verhoeven a décidé que cette scène serait plus fun si Sharon ne portait pas de sous-vêtement ce jour-là. En d’autres termes, le plus célèbre moment de tous mes films est dû à Paul Verhoeven. Je suis un scénariste qui militera toujours pour que le scénariste soit aussi important que le réalisateur et pour que le réalisateur respecte la vision du scénariste mais je suis aussi un scénariste dont le plus mémorable moment à l’écran a été créé par le réalisateur, Paul Verhoeven.”

6. Sharon Stone ne savait pas qu’on verrait sous sa robe dans la scène du croisement de jambes

Elle a déclaré : “Quand nous l’avons tourné, ce devait juste être une allusion. Mais le réalisateur a dit qu’on voyait le blanc de ma culotte et que je devais l’enlever. Je lui ai dit que je ne voulais pas qu’on voit quelque chose et il m’a assuré que ce ne serait pas le cas. Alors je lui ai donné la culotte. Il l’a mis dans la poche de sa chemise et il m’a demandé de regarder le moniteur. A cette époque, ce n’est pas comme maintenant où tout est en haute définition. Donc, quand j’ai regardé le moniteur, on ne voyait vraiment rien. Alors quand je me suis vu dans la salle de cinéma, avec plusieurs autres personnes, j’ai eu un choc. Quand le film s’est terminé, je suis allé dans la cabine de projection et je l’ai giflé en lui disant qu’il aurait pu me le montrer avant.”

7. Joe Eszterhas a regretté plus tard d’avoir rendu glamour la cigarette dans Basic Instinct

Diagnostiqué d’un cancer du larynx en 2001, Joe Eszterhas a écrit un édito dans le New York Times en 2002 pour parler des dangers du tabac dans les films : “Je pense que le tabac devrait être aussi illégal que l’héroïne. Alors je dis à mes collègues à Hollywood : ce que nous faisons en montrant des stars de cinéma fumer à l’écran, c’est rendre glamour le tabac. Ce que nous faisons en rendant glamour le tabac n’est pas raisonnable. Une cigarette dans les mains d’une star d’Hollywood à l’écran est un revolver visant des enfants de 12 à 14 ans.”

8. Sharon Stone a manipulé Paul Verhoeven pour avoir le rôle comme elle manipule Michael Douglas dans le film

Elle a raconté sa méthode à Playboy : "Un réalisateur avec lequel j’avais travaillé m’a envoyé une copie du scénario. Il l’avait lu, appelé mon assistante et lui avait dit que personne d’autre ne pouvait jouer ce rôle comme moi, que je devais le faire. Mon assistante l’a lu et a dit la même chose, que je devais faire ce film. Mais je ne l’ai pas lu. Je ne voulais pas être déçue. Je savais qu’ils ne me donneraient jamais. Je ne voulais pas avoir le coeur brisé. Je n’étais pas une star et tout le monde veut des stars. Alors je l’ai pas lu et je l’ai mis de côté pendant quelques mois. Une nuit, je l’ai finalement lu. Je ne pouvais pas le croire. Je ne savais pas quoi faire. J’ai su instantanément ce que c’était. J’ai prié pour que personne ne le voit. Je savais aussi que Paul Verhoeven était le réalisateur, ce qui le rendait encore meilleur. Je savais que c’était un génie. Mais il voulait une star. Il devait me vouloir. J’ai donc attendu. Pendant ce temps-là, il a appelé et m’a demandé de venir pour doublier la version de Total Recall pour les avions. Nous devions refaire les dialogues en enlevant quelques gros mots. Mais quand Paul a appelé, je lui ai dit que je ne pouvais pas venir avant la fin de la journée. J’avais un plan. Je suis arrivée au studio avec une robe de soirée très moulante. Innocemment, je disais que je devais aller à une soirée après. Je ne voulais pas qu’il pense que j’étais folle mais je voulais lui transmettre l’idée que je pouvais me transformer. Les hommes sont stimulés visuellement et c’est, en général, suffisant, au moins dans un premier temps."

9. Joe Eszterhas a quitté le projet quand Paul Verhoeven et Michael Douglas ont voulu changer son scénario... mais est revenu

Le scénariste a raconté pendant le Festival de scénaristes de Londres en 2013 : “Paul voulait changer le scénario de Basic Instinct. Nous avons eu une grosse réunion, notamment avec le producteur Irwin Wincker et la star Michael Douglas. Michael menait la charge, sentant que Catherine prenait trop d’importance sur son personnage, qu’il n’y avait pas de rédemption et qu’il voulait que film se termine avec son personnage la tuant. Paul l’a soutenu. J’ai dit que je ne voulais pas être impliqué dans le meurtre de mon propre enfant. Je pensais que ça ferait un mauvais téléfilm. Dans ma tête, c’était un film noir, pas une histoire moralisatrice. C’est ce qui rendait le scénario unique et audacieux. Paul s’est levé et a dit : ‘je suis le réalisateur, tu es le scénariste, tu fais ce que je te dis.” Je lui ai répondu d’aller se faire foutre. Irwin Winkler a traité Paul de nazi. Et c’était la fin d’une super session créative ! Trois mois plus tard, j’ai un appel de Paul qui avait décidé de revenir à ma version. Il a dit qu’il n’avait pas compris les ‘fondations’ de mon scénario, que c’était un scénario à propos du bien et du mal. Et non seulement il est revenu à mon scénario, il a même tenu une conférence de presse pour le dire.”

10. Joe Ezsterhas a rencontré sa femme grâce à un coup d’un soir avec Sharon Stone

Il raconte dans ses mémoires : “Je suis heureux de l’avoir baisée. Pas parce que la baiser était bon (c’était okay) mais parce que la présence de Sharon Stone dans ma vie m’a permis de rencontrer ma femme, mon véritable amour Naomi.”

Le scénariste fait référence au tournage du film Sliver (qu’il a écrit) durant lequel Stone a eu une aventure avec le producteur William McDonald qui quitta, pour Stone, sa femme de 5 mois, Naomi Baka. Le couple se fiancèrent mais Stone largua McDonald. De son côté, Eszterhas rencontrait la fraîchement larguée Naomi. Il sont encore mariés à ce jour.

Sources Images : tumblr, tumblr, tumblr,

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés