10 histoires incroyables sur A BOUT DE SOUFFLE

Posté par michael le mercredi 30 mai 2018 il y a 1 semaine

A Bout de Souffle de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg raconte l’histoire d’un petit criminel parisien en cavale après avoir volé une voiture et tiré sur un policier

Voici 10 histoires incroyables que vous ne connaissiez peut-être pas sur le chef d'oeuvre de la Nouvelle Vague.

1. Le film est inspiré d’une histoire vraie.

Celle de Michel Portail et sa petite-amie journaliste américaine Beverly Lynette. Pour visiter sa mère malade au Havre, Portail avait volé une voiture et finit par tirer sur un policier à moto par accident.

image

2. Le traitement du scénario (son histoire et sa structure) a été écrit par deux des plus grands réalisateurs français : François Truffaut et Claude Chabrol.

A l’époque, Truffaut et Chabrol étaient deux jeunes réalisateurs très en vue : le premier venait de gagner la Prix du meilleur réalisateur à Cannes pour son premier film, LES 400 COUPS, le second venait de sortir LE BEAU SERGE souvent considéré comme le premier film de “La Nouvelle Vague”.

3. Le budget du film était de 400 000 francs.

Soit 1/3 du budget moyen d’un film de cette époque.

image

3. Le film a fait de Jean-Paul Belmondo une star.

A l’époque, son agent lui avait dit qu’il “faisait la plus grosse erreur de sa vie” en acceptant le rôle. Deux ans plus tard, il était le héros de CARTOUCHE avec Claudia Cardinal, du DOULOS de Jean-Pierre Melville et de UN SINGE EN HIVER avec Jean Gabin.

image

4. Le film a relancé la carrière de Jean Seberg.

Révélée par Otto Preminger trois ans plus tôt dans SAINTE-JEANNE et BONJOUR TRISTESSE, l’actrice américaine Jean Seberg peinait à trouver de nouveaux rôles après l’échec commercial de ces deux films. C’est par l’intermédiaire de son mari, une connaissance de Godard, que l’actrice accepta le rôle. Elle fut payée 15000$.

image

5. Véritable révolution à l’époque, le film a été tourné (presque) comme un documentaire, caméra à la main et sans éclairage.

Par conséquent, le film a été quasi entièrement post-synchronisé en studio à cause du bruit de la caméra, une Cameflex, seule caméra capable de filmer dans de telles conditions.

image

6. La grande majorité des dialogues ont été écrit par Godard le jour même du tournage.

Ils étaient donnés à Belmondo et Seberg quelques minutes seulement avant qu’ils ne les jouent devant la caméra.

image

7. Aucune autorisation a été demandée pour tourner dans Paris.

Pour éviter d’avoir des problèmes, le caméraman est allé jusqu’à filmer dans un chariot postal caché sous des piles d’enveloppes.

8. Pour plus de rapidité et de spontanéité, Godard utilisait une chaise roulante au lieu de la traditionnelle Dolly permettant de réaliser des travellings.

9. L’invention d’une nouvelle technique de montage, le jump cut.

Godard devait livrer un film de 90 minutes à son producteur. Problème : son film en faisait 150. Pour éviter de couper des scènes, il décida donc de couper à l’intérieur des scènes avec le résultat que vous verrez dans le film.

image

10. Hollywood a produit un remake du film, 23 ans plus tard.

Richard Gere interprétait le rôle tenu par le français Belmondo et la française Valérie Kaprisky interprétait celui de l’Américaine Jean Seberg.

image

Film Action

© Followatch 2014 . Tous droits réservés